Faits divers – Justice

Drame de Puisseguin : "On a vu des personnes couchées sur le bord de la route mais on ne pouvait rien faire"

Par Noémie Bonnin et Rebecca Gil, France Bleu Gironde et France Bleu samedi 24 octobre 2015 à 18:40

Patrick et Vincent sont arrivés très vite sur le site de l'accident.
Patrick et Vincent sont arrivés très vite sur le site de l'accident. © Radio France - Rebecca Gil

La commune de Puisseguin est toujours sous le choc samedi au lendemain de l'accident entre un car et un camion vendredi matin. Le bilan fait toujours état de 43 morts. Patrick habite juste à coté, il fait partie des premiers arrivés sur place.

Patrick a repris le travail, dès samedi, pour essayer de penser à autre chose. Vendredi matin, au moment de partir, il a vu de la fumée. "Mon fils m'a dit 'viens vite papa' il y a une voiture qui brûle!" Patrick habite juste à coté de là où le bus et le camion se sont encastrés. "Quand je suis arrivé, j'ai vu que c'était un car, il était totalement en flammes. il a pris feu tellement vite qu'on ne pouvait pas s'approcher. On a vu des personnes couchées sur le bord de la route mais malheureusement on ne pouvait rien faire." Patrick en est encore tout retourné, très choqué. "Je suis désolé pour toutes les familles, on s'est retrouvé devant un brasier et on n'a pu sortir personne. Je n'en ai pas dormi du tout. Je suis allé voir le médecin."

On a vu des personnes couchées sur le bord de la route mais malheureusement on ne pouvait rien faire.

— Patrick, un habitant proche

Le père choqué, mais le fils, aussi évidemment. Vincent est collégien, il a 14 ans. "On est allé voir, les pompiers étaient juste derrière nous. J'ai dis viens papa, on va faire la circulation pour les laisser passer.

Je me dis que si on était arrivé plus tôt on aurait peut-être pu sauver des gens. J'ai entendu les gens crier, j'ai vu des gens mourir. Je ne l'oublierai jamais.

— Vincent, 14 ans

Les images resurgissent,  depuis le drame, dans la tête de l'adolescent. "Je me dis que si on était arrivé plus tôt on aurait peut-être pu sauver des gens, mais là c'était impossible. On était à trente mètres du bus, on avait trop chaud. Ce qui me fait mal, c'est que j'ai entendu les gens crier. J'ai vu des gens mourir. Je ne l'oublierai jamais.

Témoignages de Patrick et son fils Vincent au micro de Rebecca Gil

>>> Retrouvez le dossier sur la catastrophe de Puisseguin