Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Puy-de-Dôme : une fausse information soulève l'inquiétude dans le secteur de Volvic

lundi 18 février 2019 à 18:45 Par Dominique Manent, France Bleu Pays d'Auvergne

Attention, ne vous faites pas avoir ! Ne partagez pas de fausses informations sur les réseaux sociaux. Il n'y a pas eu de joggeuses agressées dans les environs de Volvic ce week-end.

Gendarmerie
Gendarmerie © Radio France - Alexandre Chassignon

Volvic, Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes, France

Vous êtes peut-être tombé(e) dans le panneau. Une fausse information circule sur les réseaux sociaux : une histoire d'agression de joggeuses, dimanche, du côté de Volvic, dans le Puy-de-Dôme, et d'un appel à témoins lancé par la gendarmerie. Tout cela a été inventé par des utilisateurs du site actualite.co, dédié aux blagues. Sauf que celle-ci n'est vraiment pas drôle. Elle est même carrément anxiogène. 

Des internautes inquiets

Plusieurs internautes ont réagi à cette information, en la partageant sur leur page Facebook. C'est le cas d'une jeune femme qui habite dans l'Allier et qui a de la famille à Volvic : "C'est vrai qu'on écoute des choses comme ça qui peuvent se passer. Savoir qu'il y a une personne qui se balade dans la nature et qui peut être dangereuse, c'est la première chose à laquelle on pense. Je me demande quel est l'intérêt de ces gens là".  A Charbonnières les Varennes, le maire, Gérard Chansard, a reçu pas mal de coups de téléphone dimanche. L'élu est en colère : "C'est un scandale d'utiliser les réseaux sociaux pour diffuser de fausses informations qui mettent les gens dans l'angoisse".

Comment ne pas se faire avoir

La brigade de gendarmerie de Riom tente de savoir qui est à l'origine de cette "infox". Elle a notamment été alertée par la brigade numérique de la gendarmerie nationale, basée à Rennes. 

Stéphanie Serrat, commandante à Riom, explique qu'en cas d'affaires de ce type des vérifications s'imposent : _"Lorsque les services de gendarmerie ou de police lancent des appels à témoin, ils passent par les médias locaux comme France Bleu, France 3 ou La Montagne_, qui sont des partenaires, mais aussi et surtout par des moyens institutionnels comme les pages Facebook de la gendarmerie ou même Twitter". Autrement dit, si l'info en question n'y est pas relayée, c'est vraiment louche. 

Indispensable aussi de vérifier le site qui publie l'information. En l'occurrence, actualite.co signale, même si c'est écrit en petits caractères, qu'il diffuse des blagues créées par ses utilisateurs. Dans ces conditions, le site hébergeur ne risque rien, sa responsabilité n'est pas engagée. Dommage, car la rumeur peut créer la psychose, notamment chez les femmes qui pratiquent le jogging. Quant au particulier dont le numéro de téléphone est indiqué à la place de celui de la gendarmerie, il peut porter plainte s'il a été importuné.