Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Quadruple meurtre de Noël 2016 : Fissenou Sacko écrit ses regrets aux familles des victimes

Fissenou Sacko, meurtrier présumé de trois retraités dans la Drôme et une sexagénaire dans le Vaucluse en décembre 2016, vient de transmettre un courrier aux familles des victimes. Il ne leur avait quasiment rien dit lors de l'audience devant la chambre de l'instruction de Grenoble le 25 novembre.

Les familles des victimes présentes à l'audience de la chambre de l'instruction le 25 novembre 2019
Les familles des victimes présentes à l'audience de la chambre de l'instruction le 25 novembre 2019 © Radio France - Nathalie Rodrigues

Drôme, France

La justice doit dire la semaine prochaine si Fissenou Sacko peut être renvoyé devant une Cour d'Assises pour le quadruple meurtre de Noël 2016 ou si sa schizophrénie le rend pénalement irresponsable. En attendant, il exprime ses regrets dans un courrier. Il l'a transmis à son avocat qui, lui-même, l'a transmis aux conseils des parties civiles. 

"Je regrette les actes que j'ai commis, ça me rend triste"

"Je regrette les actes que j'ai commis, ça me rend triste. Je sais qu'il sera difficile de recevoir des excuses mais je trouve important de vous présenter les miennes" écrit Fissenou Sacko.

Me Alain Fort, l'avocat de la famille du couple Philibert tué à Montvendre, est dubitatif sur la teneur de ce courrier. Les victimes attendaient des explications lors de l'audience de la chambre de l'instruction à Grenoble il y a 15 jours explique t'il: "il s'est retranché dans le silence. Alors, une lettre dans laquelle on exprime de vagues regrets est reçue évidemment très mal par la famille. La famille considérait que s'il y avait des explications à donner, il fallait les donner à l'audience, quand tout le monde pouvait entendre et apprécier la sincérité de ses propos."

"Des excuses présentées en toute sincérité" selon son avocat

Mais la parole n'a été donnée qu'à une brève occasion à Fissenou Sacko lors de cette audience à laquelle il assistait en visioconférence explique son avocat Me Jean-Yves Dupriez. Son client l'a appelé juste après pour demander s'il pouvait envoyer un courrier aux familles : "si ces excuses étaient des excuses d'opportunité, elles auraient été présentées avant l'audience, ou pendant, quand il y avait encore un intérêt judiciaire quelque part. En réalité, elles sont présentées, et de manière confidentielle, aux parties civiles, après l'audience, véritablement en toute sincérité et humanité."

Si la chambre de l'instruction déclare Fissenou Sacko pénalement irresponsable, il n'y aura pas de procès, pas de nouveau face à face entre les familles de victimes et le meurtrier présumé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu