Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Quadruple meurtre de Noël 2016 : le tueur ne comparaîtra sans doute jamais devant les Assises

jeudi 11 avril 2019 à 19:39 Par Tommy Cattaneo, France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu et France Bleu Vaucluse

Une troisième expertise psychiatrique a conclu, elle aussi, à l'irresponsabilité pénale de l'homme qui a tué trois personnes dans la Drôme et une dans le Vaucluse fin 2016. Une nouvelle épreuve pour les familles des victimes qui espéraient encore un procès aux Assises.

Après un premier meurtre à Chabeuil, le tueur s'était rendu à Montvendre, chez Bernard et Marie-Thérèse.
Après un premier meurtre à Chabeuil, le tueur s'était rendu à Montvendre, chez Bernard et Marie-Thérèse. © Radio France - Tommy Cattaneo.

Les conclusions d'un troisième rapport d'experts psychiatres ont été présentées à la famille ce jeudi. Fissenou Sacko, qui avait poignardé à mort une habitante de Chabeuil, un couple de Montvendre et tué à Orange une habitante du Vaucluse entre le 25 et le 26 décembre 2016, est considéré comme irresponsable pénalement. En clair, les experts considèrent qu'il n'était pas conscient de ce qu'il faisait au moment des faits.

"Pour moi, le mot justice ne veut plus rien dire" - Fabienne Chastaing, fille du couple tué à Montvendre.

Ces conclusions sont donc les mêmes que celles des deux précédentes expertises ordonnées par la justice. Cela veut dire que le tueur ne sera vraisemblablement jamais jugé devant une Cour d'Assises. Une nouvelle épreuve pour les familles des victimes, qui espéraient un procès.

"Pour moi, le mot justice ne veut plus rien dire", confie Fabienne Chastaing, la fille de Bernard et Marie-Thérèse Philibert, tués à Montvendre. Elle a été reçue ce jeudi par la juge d'instruction en charge de l'enquête, qui lui a annoncé les conclusions de ce nouveau rapport d'experts. "Maintenant, il va falloir expliquer à nos enfants que lorsqu'on prend de la drogue et qu'on tue, on n'est pas jugé.

"C'est dur à avaler", lâche de son côté Hervé Philibert, qui est lui aussi un des enfants du couple décédé. "Tout ce qu'on espère, c'est qu'il ne ressorte jamais, pour que ce drame n'arrive pas à d'autres." Fissenou Sacko est actuellement interné en unité pour malades difficiles de l'hôpital Paul-Guiraud de Villejuif.

Un procès pour déterminer les manquements qui ont conduit au drame

Si la perspective d'un procès aux Assises est quasi nulle, un débat d'experts peut toujours avoir lieu devant la chambre de l'instruction. C'est elle qui tranchera en dernier ressort sur l'irresponsabilité pénale du tueur.

Mais la famille Philibert dit vouloir continuer le combat. "Le procès à venir, ce sera celui des responsabilités", explique leur avocat Alain Fort. "Il faut comprendre pourquoi un individu violent a été débarqué d'un train mais laissé dans la nature."

Le soir du 25 décembre, Fissenou Sacko avait été débarqué d'un train en gare de Valence-TGV après avoir agressé des passagers. Il n'avait pas été interpellé mais conduit aux urgences de Valence, d'où il s'était échappé pour se rendre à Chabeuil. Le point de départ de son périple meurtrier.