Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Quadruple meurtre de Noël 2016 : les familles des victimes obtiennent une troisième expertise psychiatrique

lundi 7 mai 2018 à 18:06 Par Florence Beaudet, France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Vaucluse et France Bleu

Les deux premières expertises avaient conclu à l'irresponsabilité pénale de Fissenou Sacko, meurtrier présumé de quatre personnes au hasard de sa route dans la Drôme et le Vaucluse fin 2016. Les familles de victimes réclamaient ce nouvel examen dans l'espoir d'un procès.

La maison de l'une des victimes à Chabeuil au lendemain des meurtres
La maison de l'une des victimes à Chabeuil au lendemain des meurtres © Radio France - Tommy Cattanéo

La juge d'instruction a informé ce lundi l'avocat de la famille Philibert. Suite à la demande des enfants du couple de retraités tué à Montvendre dans la Drôme, il y aura bien une troisième expertise psychiatrique de Fissenou Sacko. Selon Maître Alain Fort, la magistrate a pris en compte "la gravité exceptionnelle de ce dossier" où quatre personnes ont été tuées à Chabeuil et Montvendre dans la Drôme puis à Orange dans le Vaucluse. 

"Fissenou Sacko savait que consommer de la drogue le rendait extrêmement violent" - Maître Alain Fort

Les familles des victimes contestent les deux premières expertises psychiatriques qui ont conclu à l'abolition totale du discernement de Fissenou Sacko au moment des meurtres. Selon Maître Fort, "Fissenou Sacko savait que le fait de consommer de la drogue le rendait extrêmement violent. Est-ce qu'on considère qu'un automobiliste qui tue un piéton après avoir trop bu n'est pas responsable pénalement ?".

Cette troisième expertise sera la dernière

Les familles des victimes espèrent un procès pour tenter de comprendre ou au moins "croiser le regard du meurtrier". Le nouveau collège d'experts psychiatres qui sera nommé devrait rendre ses conclusions d'ici quelques mois. Ce devrait être la dernière expertise dans ce dossier.