Faits divers – Justice

Quand une avocate bordelaise se retrouve sur le banc des prévenus

Par Aurélie Bambuck, France Bleu Gironde et France Bleu mardi 18 octobre 2016 à 6:54

Photo d'illustration avocate
Photo d'illustration avocate © Maxppp - maxppp

Une avocate bordelaise est poursuivie pour abus de confiance sur ses clients. Pendant trois ans elle a détourné plus de 200.000 euros pour suivre le train de vie élevé des avocats bordelais. Deux ans de prison avec sursis ont été requis.

C'est un procès peu banal qui s'est déroulé à Bordeaux ce lundi : celui d'une avocate poursuivi pour abus de confiance. Pendant trois ans elle a détourné plus de 200.000 euros à ses clients.

Une avocate à la barre sans sa robe noire

Elle a été radiée du barreau de Bordeaux il y a quelques mois après avoir exercé pendant 10 ans la profession d'avocate. Dix ans à gagner pas grand chose s'est-elle défendue : "2.000 à 2.500 euros par mois alors que le milieu des avocats bordelais est un milieu où il faut paraître, je me sentais obligée d'afficher un train de vie élevé." La justification de l'accusée est rapportée par le journal Sud Ouest ce mardi.

Elle détournait l'argent de clients fragilisés

Pendant trois ans, celle qui défend des clients fragilisés, en situation précaire, détourne leur argent : l'emprunt d'une mère analphabète, les indemnités d'une salariée licenciée. Elle profite de leur capacité de surveillance réduite pour prélever l'argent dans les comptes. 218 000 euros ont ainsi été détournés.

De plus en plus difficile de vivre correctement du métier d'avocat

Mais si le train de vie de l'avocate était en apparence préservée, ses difficultés financières n'ont pas disparu. Des difficultés liés à sa vie personnelle : elle élève seule ses deux enfants, doit s'occuper de ses parents malades, elle doit surtout arriver à vivre de sa profession, difficile quand les clients ne payent pas et qu'une association avec un confrère tourne au désastre. La preuve de la paupérisation accélérée de la profession souligne son avocat qui espère l'indulgence du tribunal. Sa décision a été mise en délibéré.

Partager sur :