Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : L'affaire Merah

Quatre ans après l'assassinat de son fils par Mohammed Merah, le combat de Latifa Ibn Ziaten

-
Par , , France Bleu Occitanie, France Bleu

Le 11 mars 2012, Imad Ibn Ziaten était abattu sur un parking de Toulouse. Ce militaire du 1er RTP de Francazal était la première des sept victimes que Mohammed Merah allait tuer à Toulouse et Montauban. Depuis quatre ans sa mère Latifa Ibn Ziaten mène le combat contre la radicalisation.

Latifa Ibn Ziaten
Latifa Ibn Ziaten © Maxppp - maxppp

Il y a quatre ans, le 11 mars 2012, Mohammed Merah débutait son équipée meurtrière en abattant sur un parking de Toulouse Imad Ibn Ziaten un militaire du 1er régiment du train parachutiste basé à Francazal. En neuf jours celui qui allait être surnommé le "tueur au scooter" allait assassiner au total sept personnes, trois militaires à Toulouse et Montauban et un adulte et trois enfants dans l'école Ozar Hatorah. Le 22 mars il était finalement tué lors de l' assaut du RAID contre son appartement à Toulouse.

Une maison Imad pour la jeunesse et les parents

Depuis quatre ans Latifa Ibn Ziaten a fait de la lutte contre la radicalisation son combat. Inlassablement, la mère du sergent chef Imad Ibn Ziaten va à la rencontre des jeunes et des scolaires en France et en Europe pour écouter, sensibiliser, alerter et dialoguer avec celles et ceux qui pourraient être confrontés au phénomène de la radicalisation religieuse.

Il y a un mois elle a inauguré la première "Maison Imad pour la jeunesse et les parents" à Garges-les-Gonesse dans le Val d'Oise. Un lieu d'accueil où des jeunes peuvent trouver refuge et conseil auprès d'éducateurs, psychologues et avocat. Latifa Ibn Ziaten espère en ouvrir une deuxième bientôt au Maroc.

"S'il faut bouger les montagnes pour aider les jeunes, je les bougerai pour qu'il n' y ait pas d'autres Merah".

— Latifa Ibn Ziaten

Latifa Ibn Ziaten revient régulièrement à Toulouse où est inhumé son fils, où elle est allée à la rencontre des jeunes du quartier où avait grandi Mohammed Merah. Elle espère pouvoir un jour ouvrir ici aussi une "maison Imad" pour pouvoir y prodiguer les "conseils d'une mère" tout simplement.

Ecoutez l'entretien que Latifa Ibn Ziaten a accordé à Olivier Lebrun.

"leur donner les conseils d'une mère" Latifa Ibn Ziaten

Choix de la station

France Bleu