Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : Attentats du 13 novembre, vos é[mot]ions

Quatre ans après les attentats du 13 novembre 2015, la maman d'une victime poitevine peine à se reconstruire

-
Par , France Bleu Poitou

Quatre ans après les attentats du 13 novembre 2015, l'émotion est toujours très forte pour la maman de Chloé. La jeune femme originaire de Château-Larcher dans la Vienne avait été abattue alors qu'elle était à la terrasse du Petit Cambodge en plein cœur de Paris le soir des attentats.

Les attentats du 13 novembre 2015 ont aussi frappé les clients du Petit Cambodge dans le Xème arrondissement à Paris
Les attentats du 13 novembre 2015 ont aussi frappé les clients du Petit Cambodge dans le Xème arrondissement à Paris © Maxppp - William Joubrel/Wostok Press/

Aujourd'hui Elisabeth Boissinot peine à se reconstruire quatre ans après avoir perdu sa fille dans les attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Chloé avait 25 ans lorsqu'elle est tombée sous les balles des terroristes. La douleur est toujours insoutenable et malgré le temps qui passe, elle ne diminue pas au contraire. 

"C'est de plus en plus dur ", témoigne la maman de Chloé

La maman de Chloé témoigne sur France Bleu Poitou et explique que quatre ans après "c'est de plus en plus dur, je pensais que cela allait être plus facile. Cela fait quatre ans maintenant que je n'ai pas vu Chloé. Je repense à tout ce que l'on a raté et que l'on n'a pas fait avec elle. Mes petits-enfants grandissent et c'est vraiment là maintenant que je me rends compte de l'absence. Aujourd'hui, je prends conscience de qui s'est passé car pendant deux ans, j'étais anesthésiée. Je ressens toujours de la colère, j'ai toujours envie d'écrire des lettres, de partir en guerre, en croisade. "

"Sauver les enfants des djihadistes et les faire revenir en France pourrait m'aider à me reconstruire"

Elisabeth Boissinot aimerait pouvoir venir en aide aux enfants des femmes djihadistes retenus en Syrie. 

"Ce qui m'aiderait et c'est quand j'entends les enfants de ces femmes djihadistes enfermés dans des camps en Syrie et qui sont livrés à eux-mêmes. _Chloé aurait aimé que l'on fasse quelque chose pour ces enfants_, qu'on essaie de les sauver et de les enlever à Daech et je voudrais militer pour cela et partir dans ces camps et faire quelque chose. Si j'étais plus jeune, je crois que je partirais là-bas."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu