Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Quatre ans de prison ferme pour l'agression sexuelle d'une boulangère

mardi 12 août 2014 à 8:42 Par David Di Giacomo, France Bleu Azur

Un apprenti footballeur âgé de 18 ans écope de quatre ans de prison ferme. Il a été condamné lundi par le tribunal correctionnel de Nice. Le 3 juillet dernier, il agressait sexuellement une jeune boulangère de 25 ans.

Palais de justice de Nice
Palais de justice de Nice © Julien Navarro / Creative commons

C'est une affaire qui aurait pu être jugée devant la cour d'assises. Une affaire de viol. Le 3 juillet dernier, un peu avant 7 heures, une jeune boulangère s'apprête à ouvrir le commerce dans lequel elle travaille, boulevard Gambetta, à Nice. Mais un jeune de 18 ans, qui a bu de la vodka, s'introduit dans la boulangerie par la porte de derrière. Il violente la jeune et jolie boulangère. Il la tire par les cheveux sur plusieurs mètres, lui impose une fellation et tente de la violer. Mais la jeune femme de 25 ans parvient à lui donner un violent coup de pied dans les parties génitales. Elle peut alors s'enfuir.

Lundi devant le tribunal, Zamorano Viera a reconnu l'agression physique mais pas l'agression sexuelle . Un jeune jugé dangereux par un expert psychiatre. Il écope donc de quatre ans de prison ferme et sera inscrit au fichier des délinquants sexuels.

La victime va désormais pouvoir tourner la page, après avoir livré un récit poignant de son agression lors de l'audience. Elle ne sait pas encore si elle réussira à retourner travailler dans cette boulangerie du boulevard Gambetta.

En attendant, un autre combat l'attend. Le jour de l'agression, elle apprenait qu'elle devait être opérée d'un cancer de l'utérus. Mais son avocate l'a souligné pendant le procès : cette jeune femme est d'un courage exemplaire et fera tout pour se relever de ces deux épreuves de la vie.

Agression boulangère / ENRO