Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Quatre ans de prison pour une agression homophobe ultraviolente à Drancy

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Un jeune homme a été condamné lundi à quatre ans de prison, dont 16 mois avec sursis, pour avoir frappé et poignardé un homosexuel après avoir attiré sa victime dans un guet-apens à Drancy en Seine-Saint-Denis.

Tribunal judiciaire de Bobigny en Seine-Saint-Denis
Tribunal judiciaire de Bobigny en Seine-Saint-Denis © Radio France - Hajera Mohammad

Un jeune homme a été condamné lundi 10 mai à Bobigny à quatre ans de prison, dont 16 mois avec sursis, pour avoir frappé et poignardé un homosexuel après l'avoir attiré dans un guet-apens en 2019 à Drancy, a-t-on appris mardi auprès du parquet.  

Dans la nuit du 4 au 5 mars 2019, la victime, âgée aujourd'hui de 31 ans, s'était rendue dans cette commune de la Seine-Saint-Denis pour rencontrer un jeune homme avec lequel il échangeait depuis plusieurs jours via l'application Smax. Au moment où il sortait de voiture, trois jeunes, deux mineurs et un à peine majeur, s'étaient jetés sur lui avant de le rouer de coups. Victime notamment d'un coup de couteau au niveau du ventre, le jeune homme s'était fait dérober sa carte bancaire et ses clés de voiture. Laissé pour mort, il s'en était sorti grâce à des voisins qui, alertés par l'alarme de sa voiture, avaient appelé les secours. 

Lundi, le tribunal correctionnel de Bobigny a reconnu le caractère homophobe de cette agression, et condamné le prévenu âgé de 21 ans à quatre ans d'emprisonnement dont 16 mois assortis d'un sursis probatoire pendant trois ans, a indiqué le parquet à l'Agence France Presse. Il a été placé sous bracelet électronique. 

Les deux autres suspects, mineurs au moment de l'agression, doivent eux comparaître devant un juge des enfants. "Cette agression homophobe a entraîné près de 30 jours d'ITT (interruption totale de travail), ainsi qu'un profond traumatisme psychologique", a déploré dans un communiqué l'association Mousse, qui s'était portée partie civile aux côtés de Stop Homophobie et Adheos. 

Selon une étude Ifop menée en 2018, plus de la moitié (53%) des personnes se définissant comme homosexuelles, bisexuelles ou transgenres ont déjà été victimes d'une agression homophobe.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess