Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Quatre détenus découvrent la Camargue en permission de sortie

mardi 24 avril 2018 à 20:36 Par Guillemette Franquet, France Bleu Gard Lozère

Quatre détenus de la maison d'arrêt de Nîmes ont profité, lors d'une permission de sortie encadrée, d'une balade à cheval en Camargue, d'un pique-nique dans la manade Mailhan, près d'Arles, et d'un raset, un jeu apparenté aux courses camarguaises, dans les arènes de Bouillargues.

Balade à cheval dans la Camargue pour les quatre détenus
Balade à cheval dans la Camargue pour les quatre détenus © Radio France - Guillemette Franquet

Camargue, France

Il est 8h du matin, les grandes grilles de la maison d’arrêt de Nîmes restent fermées. Un groupe d’une dizaine de personnes sort par une petite porte. Qui sont les détenus ? Qui sont les animateurs ? Difficile de les distinguer au premier abord tant ils se mêlent, loin de l’image du détenu menotté. En s’installant dans les deux voitures, personnel pénitentiaire et prisonniers semblent oublier, le temps d’une journée, le poids de la détention. Et l’ambiance est bon enfant quand les détenus arrivent dans la manade Mailhan, en plein cœur de la Camargue. 

"C’est le plus beau à voir, je crois, les animaux." - Vinz

Sous un soleil éclatant, une rangée de chevaux blancs attendent patiemment leurs cavaliers. En jeans, bombes sur la tête et bottes aux pieds, animateurs, détenus et manadiers se confondent encore de dos, au moment de partir pour une balade de deux heures. Jacques Mailhan accompagne les prisonniers. Le manadier montre ses terres, à titre gracieux. L’association Saint-Vincent-de-Paul, grâce à Jean-Marc Soulas, président de l’antenne gardoise et instigateur du projet, a financé le reste des frais de la sortie. 

Une sortie qui enchante les détenus. L’excitation, la joie surtout, sont palpables. Vinz, Carlito, Anthony et Zlatan ont quelques notions d’équitation désormais. Les quatre détenus, choisis parmi une centaine de volontaires, ont été sélectionnés pour une initiation au monde équestre. Leurs lettres de motivation ont fait la différence. Ce mois-ci, ils se sont occupés de quatre chevaux, en pension dans la maison d’arrêt cinq jours durant. Puis ils ont rencontrés des artisans spécialisés dans le monde équestre, comme un réparateur de selles. Et en ce mardi 24 avril, une sortie encadrée autour du cheval camarguais. 

Au retour de la promenade, tous ont le sourire jusqu’aux oreilles. Une première découverte pour Vinz, qui n’était jamais monté à cheval avant cette initiation : "On a vu des flamants roses, dans leur environnement naturel … ah ouais, c’est le plus beau à voir, je crois, les animaux." 

Une journée vécue comme un privilège

Cela faisait deux mois que le jeune homme de 28 ans n’avait pas mis un pied en dehors de la prison. Cette balade, c’est pour lui "un privilège". Une journée qui permet "d’avoir des bonnes pensées, de bons souvenirs"

L’heure du déjeuner arrive. Après une balade au grand air, tous ont faim. Les détenus font honneur au pique-nique, fument du tabac acheté à prix d’or à la "cantine" de la prison, se détendent dans l’herbe de la manade. Vinz s’isole pour prendre le soleil, ravi d’avoir un bronzage tout neuf. 

La journée n’est pas finie. Que serait une découverte de la Camargue sans taureaux ? Direction Bouillargues et ses arènes toutes neuves, où les détenus assistent, enthousiastes, à un entraînement au raset des jeunes stagiaires. 

Seul, Carlito fait un peu bande à part, sous les regards étonnés des conseillers pénitentiaires et de Samira Khelaifia, présidente du service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP) de la maison d’arrêt de Nîmes. "D’habitude, il parle beaucoup", souffle-t-elle. C’est l’amertume de devoir rentrer bientôt dans la maison d’arrêt qui l’empêche de profiter de ce moment, explique-t-elle, traduisant les grommellements de Carlito. Vingt ans de petites peines accumulées : Carlito est un habitué de la prison. 

Malgré tout, cette journée n’est pas sans bénéfice pour lui. "Ça m’a apporté un bien-être, un peu de liberté", admet Carlito. Mais aussi un potentiel métier à la sortie d’incarcération : Jean-Marc Soulas compte bien le mettre en contact avec un club équestre, pour qu’il soit formé au métier de palefrenier. De même pour Vinz, qui a renoué avec son ancien patron grâce à Jean-Marc Soulas, qui le connaissait. 

Mission accomplie, donc, pour Samira Khelaifia. Cette journée est faite avant tout pour préparer à les détenus à leur sortie de prison, pour les aider à renouer avec l'extérieur. Et s’ils trouvent un travail, c’est encore mieux. 

Les détenus dans la manade Mailhan - Radio France
Les détenus dans la manade Mailhan © Radio France - Guillemette Franquet