Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Quatre hommes jugés à Toulouse pour le viol collectif d'une jeune femme devant une boîte de nuit

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

À partir de ce lundi à la cour criminelle de Haute-Garonne, quatre hommes sont jugés pour le viol d'une jeune femme de 19 ans. Les faits se sont produits en septembre 2018, sur le parking d'une boîte de nuit de Balma. Une agression filmée et diffusée sur les réseaux sociaux.

L'agression a eu lieu sur le parking de la boîte de nuit le Carpe Diem à Balma (capture écran)
L'agression a eu lieu sur le parking de la boîte de nuit le Carpe Diem à Balma (capture écran) - Google Street View

C'est un fait divers qui a marqué les esprits. Un samedi soir de septembre 2018, une jeune femme est violée par des clubbers sur le parking de la boîte de nuit le Carpe Diem à Balma. L'agression a été filmée et publiée sur les réseaux sociaux. Quatre hommes originaires de banlieues toulousaines sont jugés pour viol à partir de ce lundi à la cour criminelle de Haute-Garonne.

Une agression diffusée sur les réseaux sociaux

L'agression de cette femme de 19 ans a été filmée et diffusée sur les réseaux sociaux. Sur l'une des vidéos postée sur Snapchat, une personne assistant à la scène devant la discothèque, dit à un ami participant à l'agression : "Arrête, c'est un viol". Un appel sans effet. La scène continue. Deux jours plus tard, la jeune femme déclare aux gendarmes s'être sentie comme "un jouet, une marionnette au milieu d'enfants qui se disputent".

Les agresseurs parlent de relations consenties

Immédiatement après les faits, les accusés, âgés de 19 à 25 ans, avaient fui en Espagne ou au Maroc, parfois après avoir été menacés de mort sur les réseaux sociaux. Ils ont été identifiés et localisés grâce aux captures d'images vidéos et à la téléphonie, puis confondus par les analyses de traces ADN sur les vêtements de la jeune femme. Les accusés nient l'avoir violée ou affirment que les relations sexuelles étaient consenties.

Le procès devrait se dérouler à huis clos, à la demande de la victime.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess