Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Quatre hommes condamnés à plusieurs mois de prison pour violences sur des policiers à Bordeaux

-
Par , France Bleu Gironde

Le tribunal correctionnel de Bordeaux a jugé ce mardi quatre hommes pour violences aggravées sur des policiers. Reconnus coupables, ils ont été condamnés à des peines de quatre à huit mois de prison ferme.

Le tribunal judiciaire de Bordeaux
Le tribunal judiciaire de Bordeaux © Radio France - Margot Turgy

De quatre à huit mois de prison ferme. C'est la décision qu'a rendu le tribunal correctionnel de Bordeaux ce 24 novembre, dans le procès de quatre hommes accusés de violences sur des policiers. Ils ont été jugés en comparution immédiate avec trois circonstances aggravantes : violences en réunion, violences en état d'ivresse et violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique.

Les faits remontent au 22 novembre. Ce jour-là, à 5h45 du matin, trois policiers de la BAC, en patrouille cours de l'Argonne à Bordeaux, repèrent huit personnes dans la rue George Rioux. Les forces de l'ordre s'approchent donc pour leur demander de rentrer chez eux, en raison du confinement

45 jours d'ITT pour un des policiers 

"Devant le caractère menaçant" de l'un des prévenus, un des policiers lui "donne un coup de pied dans le ventre", explique le président du tribunal. C'est là que la situation dégénère. Ce premier policier reçoit "une pluie de coups" et est sévèrement blessé à la main droite. Le médecin légiste lui prescrit 45 jours d'ITT (interruption temporaire de travail). Un deuxième policier, qui tente de s'interposer, est frappé à l'oeil gauche. Il reçoit pour sa part 10 jours d'ITT. 

Dans le box, les prévenus expliquent avoir "oublié" ou "n'avoir frappé personne". Le tribunal correctionnel de Bordeaux en a donc jugé autrement. Trois des prévenus sont condamnés à quatre mois de prison ferme. Le quatrième écope de huit mois de prison ferme. Ils ne sont en revanche pas maintenus en détention. 

Deux des prévenus ont également été condamnés à verser des indemnités de dommages et intérêts aux policiers, pour outrage et menaces de mort. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess