Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Quatre hommes mis en examen pour les platanes tronçonnés ces derniers mois sur les routes du Gard et du Vaucluse

-
Par , France Bleu Vaucluse, France Bleu Gard Lozère

Quatre Gardois, âgés de 30 à 40 ans, sont mis en examen suite aux différents tronçonnages d'arbres ces dernières semaines sur les routes du Vaucluse et du Gard. Les suspects sont des leaders du mouvement des gilets jaunes dans le Gard.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp -

Les quatre hommes mis en examen sont accusés d'avoir tronçonné plusieurs arbres en bord de route ces derniers mois entre Gard et Vaucluse. Le premier avait été abattu dans la nuit du 18 au 19 novembre sur la commune de Lamotte-du-Rhône, le second dans la nuit du 3 au 4 février sur la RN 7 entre Mondragon et Orange. Deux autres arbres ont été tronçonnés dans la nuit du 5 au 6 février, à nouveau à Lamotte-du-Rhône et à Connaux. Tous les tronçonnages avaient provoqué des accidents, mais le dernier, à Connaux, avait gravement blessé une gendarme, circulant avec son véhicule personnel. Touchée à la colonne vertébrale, elle s'est vu prescrire une incapacité totale de travail de cent jours. 

Des leaders des gilets jaunes du Gard

Les quatre hommes habitent tous dans le Gard et sont originaires du département. Âgés de 30 à 40 ans, ils sont considérés par les enquêteurs comme des "leaders ou animateurs" du mouvement des gilets jaunes. Plusieurs tronçonnages avaient d'ailleurs été signés à la peinture des initiales "GJ". Tous sont connus de la justice pour des faits de droit commun. 

Identifiés grâce à leurs téléphones

La cellule d'enquête qui a travaillé sur le dossier, constituée de gendarmes du Vaucluse et du peloton autoroutier d'Orange, a identifié les suspects grâce à leurs relevés téléphoniques. Les données ont permis de vérifier qu'ils se trouvaient bien sur les lieux des tronçonnages aux heures où ils ont été commis. Les enquêteurs ont également eu recours à la vidéosurveillance et au cours des gardes à vue, les suspects ont quasiment tous reconnu les faits. 

Ils encourent une lourde peine

Le parquet de Carpentras a mis en examen les quatre hommes pour dégradation de biens par moyen dangereux, mise en danger délibéré de la vie d'autrui, blessure volontaire et entrave à la circulation. Rien que pour le premier chef de mise en examen, ils encourent dix ans de prison. Le procureur de Carpentras Pierre Gagnoud, insiste sur le caractère "dangereux et irresponsable" de leurs actes.

Un mandat de dépôt est requis contre les suspects, ils resteront donc en détention en attendant leur jugement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess