Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Quatre juments et leurs poulains récupérés affamés dans un élevage du Cher

-
Par , France Bleu Berry

La Fondation 30 millions d'amis a récupéré la semaine passée dans le Cher près de Saint-Germain-du-Puy, quatre juments et leurs poulains dans un état de maigreur extrême. Le Parquet de Bourges a ouvert une enquête.

Les juments se trouvaient "dans un pré, sans apport de nourriture et étaient très affaiblies".
Les juments se trouvaient "dans un pré, sans apport de nourriture et étaient très affaiblies". - Fondation 30 millions d'amis

Les bêtes étaient laissées sans soins ni nourriture. La Fondation 30 millions d'amis a récupéré dans le secteur de Saint-Germain-du-Puy, quatre juments et quatre poulains dans un état de maigreur extrême. "La peau sur les os, elles ont donné naissance à quatre poulains, mais n'avaient même plus assez de lait pour les nourrir", écrit la Fondation 30 millions d'amis sur son site internet. L'une des juments avait une "grave plaie ouverte à l'un des postérieurs (...) probablement une blessure qui a dégénéré car elle n'a pas été soignée à temps".

Une enquête pour abandon d'animal

Le parquet de Bourges confirme qu'une procédure est en cours pour "abandon d'animal". L'enquête devra déterminer s'il y a eu "défaut de soin ou de prise en charge adaptée à l'espèce", en l’occurrence des chevaux. Les vérifications se poursuivent pour savoir à qui appartiennent précisément ces chevaux. La gérante mise en cause travaillerait sur plusieurs établissements à la fois. La Fondation 30 millions d'amis est intervenue vendredi dernier, le 12 octobre, sur ordonnance du Parquet, pour aller récupérer les animaux.

La situation des équidés est de plus en plus critique"

Les photos ont été publiées sur le site de la Fondation 30 millions d'amis. - Aucun(e)
Les photos ont été publiées sur le site de la Fondation 30 millions d'amis. - Fondation 30 millions d'amis

Ce n'est pas la première fois que ce genre d'affaire survient dans la filière équine, où certains propriétaires semblent peu scrupuleux. "La situation des équidés est de plus en plus critique", dénonce Laetita Bos, directrice du refuge pour équidés de la Fondation 30 millions d'amis. "On sait très bien aujourd'hui que pour les éleveurs ça devient de plus en plus compliqué, ils ont de plus en plus de mal à en vendre".

"ça met en colère... pourquoi faire naître des poulains pour les faire crever de faim ?"

"Malheureusement je dirais que la majorité ne sait pas se résigner à réduire les cheptels et on trouve de plus en plus de gens comme ces gens-là qui continuent de faire naître en toute inconscience (...) là on a pris les quatre juments qui étaient réellement en danger de mort, mais ils ont plus d'une centaine de chevaux, _la situation précaire ne date pas d'hier_, et ça ne les empêche pas de continuer à faire saillir les juments et à faire naître", déclare-t-elle à France Bleu Berry.

Mise en demeure des services vétérinaires

Selon l'association, les services vétérinaires du Cher avaient récemment adressé une mise en demeure à ce centre équestre qui fait aussi de l'élevage, demandant à ce que "les équidés soient rentrés dans des boxes, nourris et soignés". Une demande restée sans effet, ce qui a déclenché le sauvetage des animaux. Le centre posséderait au total plus d'une centaine de chevaux.

Les quatre juments et les quatre poulains ont été placés au refuge pour équidés de la Fondation 30 millions d'amis. L'abandon d'animaux est passible d'une peine allant jusqu'à deux ans de prison et 30.000 euros d’amende selon l'article 521-1. La Fondation avait déposé plainte pour abandon à l'encontre du propriétaire, avec constitution de partie civile.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu