Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Quatre lycéens de Bollène soupçonnés d'avoir triché à une épreuve du bac

jeudi 19 avril 2018 à 14:36 - Mis à jour le jeudi 19 avril 2018 à 18:04 Par Marie-Audrey Lavaud, France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Vaucluse et France Bleu

Quatre copies trop parfaites ont attiré l'attention de la proviseur du lycée Lucie-Aubrac de Bollène (Vaucluse). Une enquête administrative est ouverte par le rectorat d'Aix-Marseille.

Le lycée Lucie-Aubrac de Bollène
Le lycée Lucie-Aubrac de Bollène

Bollène, France

Quatre élèves de terminale du lycée Lucie-Aubrac de Bollène sont soupçonnés d'avoir triché à une épreuve du baccalauréat. Ils ont participé dans le courant du mois de mars à un examen d'anglais organisé par leur établissement dont le résultat compte pour le bac. Après correction, leurs copies attirent l'attention du corps enseignant car elles seraient excellentes. Le niveau ne correspond pas à celui des élèves depuis le début de l'année. 

La proviseur du lycée Lucie-Aubrac donne alors l'alerte comme le veut la règle au sein de l'Éducation nationale. Elle saisit le rectorat après avoir rédigé un procès verbal. Alors que leur moyenne générale n'est pas très élevée cette année , ils auraient eu 20 sur 20 à cette épreuve d'anglais . Le père de l'un d'entre eux, qui témoigne anonymement explique que ces jeunes sont de bonne foi : "ils n'ont fait que réviser les sujets qui circulaient sur les réseaux sociaux notamment sur Snapchat et ces sujets sont tombés à l'examen. Si mon fils et ses copains les ont vu, tous les lycéens auraient pu en faire autant." Pour lui il n'y a pas de fraude. Ce père de famille est très inquiet car cette enquête administrative va faire perdre une année à ces jeunes qui ne pourront pas s'inscrire dans une fac ou école à la rentrée de septembre. 

Le rectorat statuera en effet sur leurs cas qu'après l'annonce officielle des résultats du baccalauréat 2018 en septembre. Une commission présidée par un universitaire réunira des représentants des enseignants et des élèves ainsi que des inspecteurs de l’Éducation nationale. Toutes les pièces du dossier seront vérifiées. 

Une sanction ferme ou avec sursis pourra être décidée à l'encontre de ces quatre élèves, comme un blâme ou une interdiction de repasser un examen pendant un certain délai.