Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Quatre militants anti-spécistes jugés à Lille pour avoir vandalisé une quinzaine de boucheries et restaurants

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Âgés de 23 à 39 ans, quatre militants anti-spécistes sont jugés mardi à Lille pour une quinzaine d'actes de vandalisme visant des boucheries et commerces de viande de la métropole lilloise.

La boucherie Veys, à la Madeleine, avait été vandalisée le 28 décembre 2018
La boucherie Veys, à la Madeleine, avait été vandalisée le 28 décembre 2018 - Régis George

Lille, France

Ils avaient été interpellés le 7 février dans la métropole lilloise : quatre militants anti-spécistes soupconnés d'avoir vandalisé une quinzaine de boucheries et commerces de viande. Dans la foulée de leur garde à vue, ils devaient être jugés en comparution immédiate mais le procès a été renvoyé et se tient finalement ce mardi après-midi devant le tribunal correctionnel de Lille.

"Des centaines de milliers d'euros de dégâts", avocat du syndicat nordiste des Bouchers

Parmi les prévenus : Mathilde, 29 ans, auxiliaire puéricultrice et Cyril, 23 ans, médiateur. Tous deux habitent la métropole lilloise et tous deux ont un casier vierge mais sont, selon les enquêteurs, les plus impliqués dans cette série d'attaque. Une quinzaine au total commises entre mi-décembre et fin janvier à La Madeleine, Roubaix, Marcq-en-Baroeul, Marquette-lez-Lille notamment. Des boucheries et des fast-food vandalisés mais aussi deux restaurants détériorés par des départs de feu.

Deux détentions provisoires, deux contrôles judiciaires

"Des faits extrêmement graves" avait insisté le procureur lors de la première audience, rappelant que ces incendies avaient été déclenchés en pleine nuit et auraient pu se propager après le départ des anti-spécistes et causer ainsi des victimes humaines. "Certains commerces ne s'en relèveront pas" avait pour sa part assuré l'avocat du Syndicat nordiste des bouchers estimant les dégâts à plusieurs centaines de milliers d'euros.

Autant d'arguments qui avait poussé le Tribunal à placer ces deux nordistes en détention provisoire. Ils ont depuis été remis en liberté. Les deux autres prévenues -deux femmes âgées de 33 et 39 ans - avaient été placées sous contrôle judiciaire avec l'obligation de quitter le Nord-Pas-de-Calais jusqu'au procès de ce mardi après-midi.