Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le centre d'enfouissement des déchets nucléaires de Bure dans la Meuse

Quatre perquisitions menées à Bure à l'encontre de militants anti-nucléaires

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine, France Bleu
Bure, France

La gendarmerie a mené une opération de grande ampleur à Bure, dans la Meuse ce mercredi 20 septembre. Quatre lieux ont été perquisitionnés, dont la gare de Luméville et la Maison de la Résistance, là où se rassemblent les opposants au projet Cigéo d'enfouissement des déchets nucléaires.

150 gendarmes mobilisés à Bure pour perquisitionner des lieux symboliques des militants anti-nucléaires.
150 gendarmes mobilisés à Bure pour perquisitionner des lieux symboliques des militants anti-nucléaires. © Maxppp - Sebastien JARRY

10 plants de cannabis et 140 grammes de résine, des mortiers, des fusées et du matériel informatique : voilà le butin des quatre perquisitions menées ce mercredi chez les anti-nucléaires de Bure. Des fouilles qui se sont concentrées à la fois à la Maison de la Résistance mais aussi à la gare de Luméville, un lieu de rassemblement des militants. Les gendarmes ont également perquisitionné deux domiciles privés. Cette opération de grande ampleur a mobilisé 150 personnes. Elle a duré près de dix heures et s'est soldée par une interpellation pour rébellion.

Des investigations conduites dans le cadre de trois enquêtes différentes "mais étroitement liées", selon Olivier Glady le procureur de la République de Bar-le-Duc. Elles impliquent des opposants au projet d'enfouissement des déchets nucléaires. L'une fait suite aux dégradations du 21 juin dernier par une dizaine d'individus dans l'hôtel-restaurant du Bindeuil, en face du laboratoire de l'Andra. Les deux autres sont des instructions du parquet pour violences aggravées lors de la manifestation du 15 août et infraction à la législation des stupéfiants.

Des perquisitions qui sont dénoncées par le réseau "Sortir du nucléaire". Charlotte Mijeon, porte-parole de l'association, fustige "plusieurs mois de harcèlement policiers permanent, dans les villages autour de Bure, des rondes incessantes de véhicules de gendarmerie, d'hélicoptères, des contrôles d'identité" :

Charlotte Mijeon, porte-parole du Réseau "Sortir du nucléaire".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess