Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Quatre personnes arrêtées après des slogans sur le suicide de la policière montpelliéraine

-
Par , France Bleu Hérault

Quatre personnes suspectées d'avoir scandé des slogans rayant le suicide de la policière montpelliéraine le 18 avril dernier ont été interpellées cette semaine. Elles seront jugées fin juin

Des slogans faisant réference au suicide de la policière montpelliériane avaient été  entonnés lors d'un rassemblement devant le Palais de justice
Des slogans faisant réference au suicide de la policière montpelliériane avaient été entonnés lors d'un rassemblement devant le Palais de justice © Radio France - Salah Hamdaoui

Montpellier, France

Deux hommes et deux femmes d'une vingtaine d'années devaient jugés ce vendredi par le tribunal correctionnel de Montpellier, en comparution immédiate. Ils sont suspectés d'avoir scandé le 29 avril dernier, lors d'un rassemblement en soutien à un gilet jaune qui était jugé par le tribunal, les paroles suivantes : "Mais elle est où la capitaine de police, pan pan , un flic suicidé, un flic à moité pardonné".  

Ces chants faisaient référence au suicide d'une policière montpelliéraine de 48 ans, mère de deux enfants avec son arme de service dans son bureau le 18 avril. 

Trois des quatre suspects ont été arrêtés mardi aux abords de l'ex-cinema le Royal, dans le centre de Montpellier, qui est squatté notamment par des personnes se présentant comme gilets jaunes depuis trois semaines. La dernière personne a été arrêtée mercredi à son domicile de Mireval.

Le parquet de Montpellier avait ouvert une enquête pour outrage en réunion sur personne dépositaire de l'autorité publique.Les syndicats de policiers avaient dénoncé des chants ignobles, en espérant que les auteurs soient rapidement arrêtés et poursuivis. Le procès aura lieu fin juin.