Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Quatre personnes mises en examen pour financement du terrorisme en Gironde et en Charente-Maritime

Six personnes ont été arrêtées dans deux départements, la Charente-Maritime et la Gironde, mardi 18 février. Soupçonnées de financement du terrorisme et d'association de malfaiteurs terroriste, quatre d'entre elles ont été mises en examen vendredi.

Image d'illustration de la 16e Chambre d'audience du palais de justice de Paris où sont jugées les affaires en lien avec le terrorisme.
Image d'illustration de la 16e Chambre d'audience du palais de justice de Paris où sont jugées les affaires en lien avec le terrorisme. © Maxppp - REMI OCHLIK

Les interpellations remontent à mardi 18 février 2020. En tout, six personnes ont été arrêtées en Gironde et en Charente-Maritime. Toutes sont nées en Turquie, mais vivent en France. Les enquêteurs les soupçonnent d'avoir collecté des fonds dans le Sud-Ouest pour le PKK, c'est-à-dire le parti séparatiste kurde qui est en lutte armée contre le pouvoir central turc depuis plusieurs décennies. Le PKK est considéré comme une organisation terroriste par la Turquie, mais aussi par d'autres pays comme la France.  

Une personne placée en détention

Parmi les six personnes arrêtées cette semaine, quatre ont donc été mises en examen vendredi pour "association de malfaiteurs terroriste"  et "financement du terrorisme." L'une d'elles a été placée dans la foulée en détention provisoire, les trois autres sous contrôle judiciaire. Les deux dernières personnes ont quant à elles été remises en liberté, mais elles seront convoquées ultérieurement par le juge chargé de l'instruction de ce dossier. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu