Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Quelque 500 soutiens pour la "faucheuse de chaises" d'ATTAC à Carpentras

mardi 6 février 2018 à 8:47 - Mis à jour le mardi 6 février 2018 à 11:01 Par Aurélie Lagain et Kevin Dufreche, France Bleu Vaucluse

Une haie d'honneur et 500 personnes (1000 selon l'organisation) ont soutenu ce mardi matin Nicole Briend, qui devait être jugée pour "vol en réunion", vol symbolique de chaises dans une agence bancaire en 2016. Le procès a finalement été reporté au 7 juin prochain.

Nicole Briend (deuxième en partant de la droite) entourée de ses soutiens, mardi 6 février 2018.
Nicole Briend (deuxième en partant de la droite) entourée de ses soutiens, mardi 6 février 2018. - © ATTAC

Carpentras, France

Quelque 500 personnes, beaucoup de militants d'Attac, sont arrivées tôt ce mardi devant le palais de justice de Carpentras. Parmi eux, Adrien Quatennens, député de la France insoumise et Elsa Faucillon, députée communiste.

Ils soutiennent Nicole Briend, 70 ans, militante d'Attac, qui devait être jugée pour "vol en réunion" devant le tribunal correctionnel de Carpentras.

En 2016, elle avait volé trois chaises à l’agence BNP Paribas de Carpentras. Une action militante pour dénoncer l’évasion fiscale de la banque.

"C’est pas Nicole qu’il faut juger, c’est l’évasion fiscale en banque organisée !", scandent les nombreux militants rangés en haie d’honneur sur la route du tribunal de Carpentras.

Procès reporté au 7 juin

Le procès a été reporté au 7 juin. Nicole Briend devait aussi être jugée pour avoir refusé de se soumettre aux tests ADN, il faut trois juges pour statuer dans ce cas, il n'y en avait qu'un seul.

Un renvoi qui passe mal au près de l'association. "On a été prévenu la veille en fin d'après-midi, explique Raphaël Pradeau, le porte-parole d'ATTAC France. Il faut savoir que les soutiens, les témoins dans cette affaire étaient déjà là, ou dans le train pour venir au moment où on l'apprend". Et il va jusqu'à se demander si le report n'est pas volontaire : "Peut-être qu'ils ne voulaient pas que Nicole soit jugée avec un millier de personnes devant en train de demander sa relaxe", s'interroge-t-il.

Environ 500 personnes étaient rassemblées en soutien à Nicole Briend devant le tribunal de Carpentras. - Aucun(e)
Environ 500 personnes étaient rassemblées en soutien à Nicole Briend devant le tribunal de Carpentras. - © ATTAC

Pendant la courte audience, le juge a fait référence à la mobilisation, la qualifiant de "bon enfant", mais expliquant également que si cela durait toute la matinée, cela pouvait gêner la sérénité de sa salle d'audience. Le juge qui s'est également permis une autre parenthèse au moment d'évoquer la longueur qu'il prévoyait pour l'audience le 7 juin prochain : "pour les affaires de fraude fiscale, il faut des audiences beaucoup plus longues. Peut-être que si on passait moins de temps sur des dossiers comme celui-là, nous aurions plus de temps pour juger des affaires de fraude fiscale".

Précision : BNP Paribas ne s'est finalement pas portée partie civile dans ce dossier. Seul le ministère public poursuit Nicole Briend. Son avocate plaidera la relaxe, à l'image du jugement prononcé il y a quelques semaines à Dax pour Jon Palais, un autre militant faucheur de chaises.

Une nouvelle mobilisation le 7 juin ?

La démonstration de force n'aura finalement pas pu servir à grand chose avec ce report, même si Raphaël Pradeau estime que "cela nous a permis de rappeler notre message : ce n'est pas Nicole qu'il faut juger. En fauchant des chaises à la BNP, elle a fait un geste symbolique, un geste qui ne mérite pas d'aller devant un tribunal".

Raphaël Pradeau, porte-parole d'ATTAC France, espère pouvoir mobiliser le 7 juin prochain

Les militants, venus de toute la France sont-ils prêts à revenir le 7 juin ? "On va réfléchir aux modalités, on ne fera peut-être pas revenir tout le monde à Carpentras", confie Raphaël Pradeau. Nicole Briend de son côté le dit : "on lâche rien !".

La mobilisation continue autour de Nicole Briend