Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Quelque 750 plants de vigne dérobés à Violès, et des "rondes pour surveiller les vignes"

-
Par , , France Bleu Vaucluse

Il y a des vols des plus surprenants ! A Violès, des malfaiteurs ont profité du premier pont du mois de mai pour s'emparer de 720 plants de Grenache et de Marselan, plants de vignes de deux parcelles. Le viticulteur a déposé plainte.

Vigne
Vigne © Radio France

En l'espace de trois nuits, Hugues Meffre a perdu 2 000 euros dans ses vignes. La cause ? Trois vols successifs de plants de vigne. 750 au total. "Je suis en colère ... c'est la deuxième année consécutive que je subis ces vols. L'année dernière 1000 plants et là, 750."

Vol de vigne SON

Les auteurs toujours recherchés

Ce type de vol est fréquent depuis deux ans. "Les plants de vigne sont très recherchés cette année. Le marché est tendu. Les plants sont chers" explique le co-président du syndicat intercommunal des vignerons de Plan Dieu, Alain Aubert.

Du coup, les soupçons se portent sur d'autres viticulteurs qui auraient bien besoin de ces plans. "Penser que des collègues utilisent ces méthodes, c'est révoltant" assure Hugues Meffre. Impossible en effet de revendre des plants déjà muris. Ils sont donc destinés à être replantés quelque part, probablement chez un vigneron des alentours.

Vol de vigne ENRO

Quelque 2 000 euros de préjudice

Entre l'arrachage des 750 plants (à 1,50 € le plant en moyenne) et la main d'œuvre nécessaire pour replanter de nouveaux plants de vigne, le préjudice se chiffre à 2 000 euros pour Hugues Meffre. "J'ai déposé plainte mais on ne les retrouvera pas, explique le vigneron. Il faudrait avoir la chance de les prendre sur le fait. A chaque vol, j'ai porté plainte et ça n'aboutit jamais."

Du desespoir, il y en a chez Hugues Meffre. Mais il sera bientôt aidé par d'autres viticulteurs du syndicat à Violès : "On ne va pas se laisser faire : on va faire des rondes la nuit dans nos exploitations. On a peur d'être le suivant. Maintenant, on tient à nos vignes autant qu'à des truffes !" sourit Alain Aubert.

Les voleurs se sont en tout cas donné du mal pour peu de choses : en arrachant ces plans aux racines profondes, il est probable qu'ils ne repartent jamais une fois replantés. "Une chance sur deux... Un gain minime pour eux et une grande perte pour moi" **** résume Hugues Meffre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess