Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Qui doit payer les millions d'euros d'amendes infligés aux prisonniers nationalistes corses ?

jeudi 14 juin 2018 à 17:19 Par Patrick Vinciguerra et Thibault Quilichini, France Bleu RCFM

Reçu à sa demande par Gilles Simeoni, le collectif I Patriotti a soulevé ce jeudi la délicate question des lourdes amendes infligées à d'anciens prisonniers nationalistes. La Collectivité de Corse doit-elle les prendre en charge ? Le président de l'Exécutif préfère évoquer d'autres possibilités.

Rencontre entre Gilles Simeoni et le collectif I Patriotti
Rencontre entre Gilles Simeoni et le collectif I Patriotti © Radio France - Thibault Quilichini

Corse, France

Le sujet est hautement sensible. D'anciens prisonniers dénoncent "une triple peine (incarcération, exil et amendes)". Pour Jean-Philippe Antolini, porte-parole du collectif I Patriotti, il s'agit "d'un problème politique important (...) Le conflit avec l’État français est fini, les mouvements clandestins ont déposé les armes, l’État doit le prendre en compte".  Le collectif a voulu en premier lieu évoquer ce dossier avec le président de l'Exécutif. 

On ne peut pas les laisser seuls face au paiement de ces sommes. Ce serait inique... Gilles Simeoni

Avant la rencontre, sur la question des amendes, environ dix millions d'euros, des membres du collectif n'écartaient pas l'hypothèse d'une prise en charge par la Collectivité de Corse. Mais Gilles Simeoni, sans répondre catégoriquement par la négative, a préféré ouvrir d'autres pistes : "Il y a environ 10 ou 12 millions d'euros d'amendes répartis entre quelques dizaines de personnes. On ne peut pas les laisser seuls face au paiement de ces sommes. Ce serait inique. Ça doit faire partie d'un traitement politique. Il y aura ensuite des solutions techniques : effacement de cette somme, constitution d'un fonds de solidarité..." Mais est-ce que cela veut dire que la CdC prendra en charge ces sommes ? "Au jour d'aujourd'hui, ça ne veut pas dire ça ..."

Gilles Simeoni : "On ne peut pas les laisser seuls face au paiement de ces sommes. Ce serait inique"

Le collectif I Patriotti demande à présent à rencontrer tous les présidents de groupe à l'Assemblée de Corse.