Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Qui empoisonne les chats de Mécleuves ?

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Au moins deux félins auraient été empoisonnés, la semaine dernière, dans cette petite commune au sud de Metz. Des empoisonnements volontaires, selon le vétérinaire qui les a examinés.

Deux propriétaires de chats se sont manifestés (image d'illustration)
Deux propriétaires de chats se sont manifestés (image d'illustration) © Radio France - Claire Leys

A Mécleuves, village d'un peu plus d'un millier d'habitants au sud de Metz, au moins deux félins ont été retrouvés très mal en point par leurs propriétaires. Le vétérinaire qui les a examinés est formel : ils ont été empoisonnés de manière volontaire. "Le nôtre est tombé dans le coma, déplore Dominique, l'un des propriétaires. L'autre a eu un côté du corps paralysé." Les deux chats sont heureusement tirés d'affaire, mais la colère reste.

Le maire de Mécleuves "en colère"

Son épouse a déposé plainte à la gendarmerie de Verny, et le maire de Mécleuves, Philippe Manzano, a écrit un message sur la page Facebook de la commune pour dénoncer des "actes honteux et lâches". "Je suis en colère. Je peux comprendre que les chats embêtent parfois le voisinage, mais dans un village comme le nôtre, les gens peuvent se parler ! En arriver à empoisonner des animaux, c'est scandaleux", martèle-t-il.

Le maire a publié un "coup de gueule" sur Facebook
Le maire a publié un "coup de gueule" sur Facebook © Radio France - Capture d'écran Facebook

La gendarmerie va mener une enquête de voisinage. Les sévices sur animaux sont passibles de deux ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess