Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Qui a piqué dans la caisse de la TAN, la société de transports en commun de l'agglomération nantaise ?

mardi 1 octobre 2013 à 6:00 Par Antoine Denéchère, France Bleu Loire Océan

La direction de la TAN s'est rendue compte au printemps dernier que plusieurs milliers d'euros se sont volatilisés. De l'argent provenant des amendes dressées par les contrôleurs de la TAN et réglées par les usagers. Une plainte a été déposée et une enquête de police est en cours.

La direction de la TAN a des soupçons en avril dernier. Elle se rend compte que de l'argent liquide disparaît étrangement de la caisse du Bureau des Amendes situé place du Commerce. Rapidement, la TAN soupçonne un de ses agents, un ancien de ce fameux bureau des amendes. Il aurait gardé la clé et les codes d'accès informatique du local, facile pour lui ensuite d'y pénétrer hors des heures de service et de "piquer" dans la caisse !

Une surveillance discrète

La manipulation semble assez simple : il récupère les amendes du jour payées en liquide, à savoir 47 euros 50, puis les transforme sur l'ordinateur en amende à 6 euros qui correspond à une simple non-présentation de cartes d'abonnement. La différence, 41 euros 50, est pour lui. La TAN n'a pas pu prendre l'agent en question en flagrant délit. La société de transports en commun avait pourtant, selon nos informations, mis en place une surveillance discrète du Bureau des Amendes. Le directeur général de l'entreprise affirme avoir eu en sa possession suffisamment d'éléments pour enclencher un licenciement pour faute, une suspicion de vol, même si l'homme, âgé d'une quarantaine d'années, n'a pas reconnu les faits lors de son conseil de discipline en mai dernier.

Plainte contre X  

Mais la TAN veut savoir s'il y a d'éventuels complices et aussi récupérer son argent, "de l'argent public " insiste le patron de la société qui refuse de donner le montant du préjudice, plusieurs milliers d'euros, voire plusieurs dizaines de milliers d'euros dérobés sur plusieurs mois.

Une plainte contre X pour vol a donc été déposée. Depuis, la TAN affirme avoir pris des mesures pour que de tels faits ne se reproduisent plus en interne, et une enquête de police est ouverte. Les premières auditions au sein de la TAN doivent intervenir dans les jours à venir.

Plusieurs milliers d'euros volatilisés à la TAN. Antoine Denéchère