Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Qui sont les sept femmes tuées par leur conjoint dans l'Hérault en 2019 ?

-
Par , France Bleu Hérault

Sept femmes ont été tuées par leur conjoint ou leur ex-conjoint en 2019 dans l'Hérault, qui se classe troisième au niveau national, un bien triste palmarès. Pour autant chaque histoire étant particulière, on ne peut rien en déduire. Nous avons retracé six des ces sept histoires.

Silhouettes de femmes installées en novembre 2019 sur le parvis de la mairie de Montpellier, symbolisant les cas de féminicides.
Silhouettes de femmes installées en novembre 2019 sur le parvis de la mairie de Montpellier, symbolisant les cas de féminicides. © Maxppp - Jean-Michel Mart

173 personnes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint l'an dernier en France, c'est la conclusion de l'étude nationale des morts violentes au sein du couple publiée lundi par le ministère de l'Intérieur. Dans le détail, 146 femmes et 27 hommes ont été tués, soit un mort tous les deux jours.

Et le département de l'Hérault figure dans le peloton de tête de ce triste palmarès avec sept femmes tuées en 2019. Alors qui sont ces femmes ? 

Il est impossible de dresser un portrait type des victimes, chaque histoire est différente. On n'est d'ailleurs loin des féminicides tels qu'on peut les imaginer parfois, des hommes violents qui finissent pas tuer leur conjointe. Car parfois ces femmes ont choisi de mourir avec leur compagnon par exemple. Ce sont aussi parfois des drames de la vieillesse ou de la maladie. 

Beaucoup d'avocats qui défendent les conjoints ou même parfois les familles des victimes dénoncent ces statistiques qui ne disent rien des drames qui jouent derrière chaque famille. Pour chaque drame, une histoire particulière.

Michèle, 72 ans - Janvier 2019 à Pézenas

Michèle, 72 ans a été retrouvée morte aux côtés de son mari dans leur maison de Pézenas à janvier 2019, l'homme a tiré sur son épouse avant de se suicider.

Simone, 81 ans - Février 2019 à Pérols

Simone avait 81 ans, elle était atteinte de la maladie d'Azheimer. C'est son mari âgé de 84 ans qui l'a étranglée le 1er février 2019 dans la maison du couple avant de tenter de se suicider en avalant des médicaments. Il ne supportait pas l'idée qu'elle puisse être placée en institution spécialisée. Le mari n'a jamais été incarcéré, la justice a pris acte qu'il ne pouvait pas récidiver. Pour son avocate, Iris Christol, on est loin d'un féminicide.

Céline, 38 ans - Février 2019 à Montpellier

Céline, 38 ans est morte défenestrée du cinquième étage à Montpellier le 3 février 2019. Elle avait son bébé dans les bras, un enfant grièvement blessé. L'enquête a montré que cette femme était victime de violences conjugales. Son mari a d'abord été mis en examen pour assassinat, mais l'affaire a été déclassée "en violences habituelles ayant entraîné la mort". L'avocate de la famille est convaincue qu'il l'aurait poussée à se jeter par la fenêtre par ses violences répétées et se bat pour obtenir un procès devant la cour d'Assises. Le mari est actuellement libre. Le bébé qui se porte bien a été confié aux parents maternels.  De toutes les affaires que nous avons retrouvées dans l'Hérault en 2019, c'est celle qui s'apparente le plus à un féminicide, et pourtant on se dirige vers un procès en correctionnelle. 

Chantale, 60 ans - Mars 2019 à Causse et Veyran

Chantal, 60 ans a été retrouvée morte dans sa voiture le 14 mars à Causses-et-Veyran, tuée d'une balle dans la nuque par son mari, 63 ans, qui gisait à ses côtés, grièvement blessé après avoir tenté de se suicider.

Michèle, 69 ans - Juin 2019 à Pignan

Michèle était une femme bipolaire, son mari a craqué et l'a étranglée en juin 2019 à Pignan. Le couple vivait une situation familiale très complexe et très douloureuse. Le mari a été mis en examen pour meurtre, incarcéré puis libéré sous contrôle judiciaire après 10 mois de détention. 

Samantha, 43 ans - juillet 2019 aux Rives

Samantha avait 43 ans, a été tuée avec sa petite fille de 19 mois par son mari. C'était un suicide collectif programmé, l'enfant souffrait de graves problèmes de dénutrition et les parents craignaient qu'on leur retire la garde. Le père devait aussi tuer ses deux grands enfants avant de se suicider, il était parti les chercher en Bretagne et a finalement renoncé à ce scénario morbide avant d'être arrêté. Pour son avocat Maitre Darrigade, c'est une affaire hors norme, qui n'a rien à voir avec un féminicide, tout était programmé, le couple avait tout préparé pour mourir ensemble. Le père est toujours incarcéré, les deux grands enfants ont été confiés aux grands-parents. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess