Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Chirurgien pédophile : l'affaire Joël Le Scouarnec

Qui sont les victimes présumées de l'ex-chirurgien Joël Le Scouarnec ?

Âgé de 70 ans, l'ex-chirurgien Joël Le Scouarnec a été mis en examen ce jeudi pour 312 faits d'agressions sexuelles ou viols. Le procureur de la République de Lorient, Stéphane Kellenberger, évoque une "insoutenable énumération" qui donne la mesure de l'ampleur de cette affaire.

Le procureur de la République de Lorient a qualifié ce jeudi 15 octobre cette affaire de "hors norme"
Le procureur de la République de Lorient a qualifié ce jeudi 15 octobre cette affaire de "hors norme" © AFP - DAMIEN MEYER

Elles sont 312. Trois cent douze victimes présumées dans cette affaire "hors norme" qui a nécessité un travail méticuleux des enquêteurs, "parfois jusqu'à la nausée", a expliqué ce jeudi le procureur de la République de Lorient, Stéphane Kellenberger. Joël Le Scouarnec, ex-chirurgien de 70 ans, a été mis en examen à l'issue de sa garde à vue pour 312 faits d'agressions sexuelles ou viols. 

11 ans, l'âge moyen des victimes présumées 

Lors d'une conférence de presse à Lorient ce jeudi, le procureur de la République a livré quelques éléments de "sociologie judiciaire et de localisation géographique". Tout en rappelant la nécessité de préserver l'anonymat des victimes, Stéphane Kellenberger a expliqué que "ces chiffres permettent aussi de comprendre" l'ampleur de cette affaire "hors norme". "L'âge moyen des victimes présumées de cette procédure est de 11 ans, a détaillé le magistrat. 164 sont de sexe masculin, 148 de sexe féminin." Et le procureur poursuit l'insoutenable énumération. "298 étaient âgées de moins de 20 ans lors des faits en cause, dont 265 de moins de 15 ans. 107 de ces faits sont susceptibles de recevoir une qualification criminelle de viol aggravé, 205, une qualification délictuelle d'agression sexuelle aggravée.

Ces faits se sont produits pendant de nombreuses années. "Les plus anciens remontent au mois de janvier 1986, les plus récents à janvier 2014." C'est la raison pour laquelle une enquête préliminaire a été ouverte contre X du "chef d'abstention volontaire d'empêcher des crimes ou délits contre l'intégrité physique", a expliqué le procureur. Cette enquête doit déterminer si des tiers auraient pu être au courant des actions du chirurgien et se seraient abstenus de les dénoncer.

Des faits commis entre 1986 et 2014

D'autant que l'ancien chirurgien a pratiqué dans de nombreux établissements de santé. A Loches, dans l'Indre-et-Loire, de 1986 à 1994, le parquet a identifié 29 victimes présumées. A Vannes, Lorient, Pontivy et Malestroit, dans le Morbihan, entre 1994 et 2007, 213 victimes présumées et 39 à Quimperlé, dans le Finistère, puis en passant par Flers, dans l'Orne, Ancenis, en Loire-Atlantique et Les Sables d'Olonne, en Vendée, avant d'arriver à Jonzac, en Charente-Maritime, entre 2007 et 2014, où le parquet a retenu 31 victimes présumées. 

Lors de cette conférence de presse, le procureur de la République est aussi revenu sur le travail mené par les enquêteurs. Déjà mis en cause dans une première affaire d'attouchements sexuels et/ou viols sur quatre enfants à Jonzac, en Charente-Maritime, et incarcéré à Saintes dans l'attente de ce premier procès, les enquêteurs ont trouvé chez l'ancien médecin non pas des "carnets manuscrits", mais "des tableaux et notes à l'ordinateur" allant de "quelques lignes" à "certains paragraphes élaborés et circonstanciés", "difficilement supportables". Ce travail d'analyse "méticuleux", a été "effectué parfois jusqu'à la nausée tant les termes et descriptions peuvent y être éprouvants". 

L'ex-chirurgien encourt 20 ans de réclusion criminelle. Son premier procès pour attouchements sexuels et/ou viols sur quatre enfants doit débuter le 30 novembre à la cour d'assises de Charente-Maritime. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess