Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Quintuple infanticide de Louchats : le procès s'ouvre ce lundi à Bordeaux

dimanche 18 mars 2018 à 18:01 - Mis à jour le lundi 19 mars 2018 à 15:48 Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gascogne, France Bleu Gironde et France Bleu

Une Girondine de 37 ans est jugée cette semaine devant la cour d'assises de la Gironde pour avoir tué cinq nourrissons juste après les avoir mis au monde chez elle à Louchats. Quatre des cinq bébés avaient été découverts dans le congélateur familial en 2015. Son mari n'est pas poursuivi.

En mars 2015, les gendarmes découvrent les corps de cinq bébés dans une maison de Louchats
En mars 2015, les gendarmes découvrent les corps de cinq bébés dans une maison de Louchats © Maxppp -

C'est le 19 mars 2015, que l'une des deux adolescentes du couple âgée de 14 ans, fait la première macabre découverte, dans un sac isotherme dans la chambre de ses parents, alors qu'elle cherche des vêtements avant de partir au collège. Elle prévient son père, qui déclenche l'alerte. Les gendarmes réalisent une perquisition et retrouvent quatre autres petits corps sans vie, dans le congélateur familial situé dans le cellier. 

Le mari, ouvrier agricole de 42 ans, nie avoir eu connaissance des grossesses de son épouse, en garde à vue. Elle avoue. Et fait part de "sa honte" d'avoir commis des choses "horribles". Les autopsies révèleront que les cinq nourrissons sont nés viables, entre 2009-2010 et 2015. 

La mère de famille a évoqué des grossesses non désirées - Maxppp
La mère de famille a évoqué des grossesses non désirées © Maxppp -

Pas de déni de grossesse

Au cours de l'instruction, l'accusée n'a pas véritablement donné d'explications mais elle a confié qu'elle avait toujours eu conscience de ses grossesses, et qu'elle savait aussi que l'issue serait fatale. Il n'y avait pas d'autres solutions à ses yeux. Elle a parlé d'un "engrenage". Parce que son mari était "jaloux possessif et violent", qu'elle ne voulait plus de bébé de lui, qu'elle ne l'aimait plus, qu'il la dégoûtait même, depuis des faits d'exhibitionnisme révélés en 2008. Pour autant, elle n'avait recours à aucun moyen de contraception.

C'est l'année suivante, en 2009, qu'elle aurait accouché seule, une première fois dans sa baignoire, avant d'aller placer le corps, dans un sac isotherme, puis dans le congélateur familial (qu'elle-seule utilisait). Jamais son mari n'aurait remarqué qu'elle était enceinte, ou s'il s'était étonné, parfois, de son ventre rebondi, il aurait cru à l'explication donnée : des "ballonnements" et rien de plus. 

Expliquer l'inexplicable

Le mari est d'abord mis en examen pour non dénonciation de crime et recel de cadavres. Il est finalement mis hors de cause à la fin de l'instruction. Elle sera donc la seule poursuivie cette semaine devant la cour d'assises de la Gironde. "Pourquoi et comment tout cela a pu se passer?" C'est ce que veulent comprendre les parties civiles (parents et frères et sœurs de l'accusée) qui "continuent à chérir l'accusée" explique leur avocat maître Gonthier, "mais qui veulent des explications à l'inexplicable : une mère qui donne la vie et juste après la retire".

Au cours de l'enquête, cette maman décrite comme attentionnée avec ses 2 filles aînées, a suggéré que, peut-être, elle n'avait pas mis le cinquième bébé dans le congélateur comme les quatre autres, pour mettre fin à cet "engrenage".