Faits divers – Justice

Quinze ans de prison pour le meurtre d'un adolescent à Epernay

France Bleu Champagne-Ardenne jeudi 23 avril 2015 à 12:18

La police sur les lieux du meurtre quartier Bernon à Épernay le 23 décembre 2012.
La police sur les lieux du meurtre quartier Bernon à Épernay le 23 décembre 2012. © MaxPPP

Mohamed Zouaoui est condamné à quinze ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Marne à Reims ce mercredi soir. Le 23 décembre 2012, à Epernay, il avait abattu un adolescent de 17 ans d'un coup de fusil dans la nuque. Pendant tout son procès, il a assuré qu'il n'avait pas l'intention de tuer le jeune homme.

Quinze ans de réclusion criminelle pour Mohamed Zouaoui pour le meurtre d'un adolescent de 17 ans aux assises de la Marne ce mercredi. Zakaria Maaji a été tué d'un coup de fusil dans la nuque le 23 décembre 2012 en plein quartier Bernon à Epernay dans la Marne. Les délibérations ont duré plus de six heures ce qui est le signe de discussion très âpres entre les jurés.

Zakaria voulait seulement calmer le jeu

L'accusé avait indiqué dés le début de son procès qu'il n'avait pas l'intention de tuer Zakaria et c'est ce qu'a plaidé la défense. La jeune victime n'avait d'ailleurs rien à voir dans le différend qui devait se régler ce matin-là sur un parking du quartier Bernon entre deux dealers. Il voulait seulement calmer le jeu.

La présidente de la cour d'assises de Reims a pris le temps de motiver le verdict. Elle a rappelé que l'accusé avait l'intention d'en découdre depuis la veille en discothèque. Au point de sortir l'arme qu'il avait mise dans la voiture ce matin-là, et de tirer. Et c'est Zakaria, 17 ans, qui est mort d'une balle dans la nuque, parce qu'il était là au mauvais moment au mauvais endroit.

"On ne peut pas tuer quelqu'un et se taire"

Pour sa sœur, le plus dur est de ne pas avoir de véritable explication à la mort de son frère. "C'était un garçon très gentil, très marrant " dit-elle après le verdict. "Mon frère est mort pour rien. On ne peut pas tuer quelqu'un et se taire et dire qu'on n'a rien fait et mettre ça sur le compte de l'alcool " martèle-t-elle.

TÉMOIGNAGE | La sœur de Zakaria Maaji interrogée après le verdict

La cour a par ailleurs estimé qu'Oumar Touré était bien complice de ce crime. Parce qu'il a rejoint l'accusé sur son appel, parce qu'il l'a pris en charge dans sa voiture alors qu'il était porteur d'une arme. C'est ce qui a qualifié l'élément intentionnel de la complicité pour les jurés. Il a a été condamné à cinq ans de prison dont deux ferme, ce qui couvre sa détention provisoire.