Faits divers – Justice

"A quoi servent les Gitans de Perpignan ?" Six mois de prison ferme pour l'auteur de l'article

Par Simon Colboc, France Bleu Roussillon et France Bleu jeudi 20 avril 2017 à 16:00

Aziz Sébhaoui, président de l'association des commerçants de la Place Cassanyes et son avocat Maître Olivier Amiel ce jeudi au tribunal de Perpignan
Aziz Sébhaoui, président de l'association des commerçants de la Place Cassanyes et son avocat Maître Olivier Amiel ce jeudi au tribunal de Perpignan © Radio France - Simon Colboc

Le Petit Journal Catalan a été condamné ce jeudi pour provocation à la haine et à la discrimination après la publication en août 2015 de deux articles stigmatisant les Gitans et Maghrébins de Perpignan. L'auteur des articles écope de six mois de prison ferme.

Non, on ne peut pas écrire n'importe quoi. Le tribunal correctionnel de Perpignan a condamné ce jeudi pour incitation à la haine et discrimination un rédacteur et le directeur de la publications du Petit Journal Catalan.

L'auteur des deux articles stigmatisant les gitans et maghrébins de Perpignan, Rodolphe Crevelle, écope de six mois de prison ferme et 20 000 euros d'amende. Alain Paga, le directeur de la publication est lui condamné à deux mois ferme et 20 000 euros d'amende.

"Nous sommes très satisfaits de cette condamnation", a réagi Joseph Saadna, le président du comité animation de la place du Puig à Perpignan. "Je suis très content que tout soit fini. Nous avions été vraiment très blessés par ces articles. Ça avait été un choc pour toute la communauté gitane à Perpignan mais aussi à Montpellier, Béziers ou Arles. Ça a fait le tour de France. Nous sommes des Gitans mais il ne faut pas oublier que nous sommes des citoyens français, c'est ça qui nous fait mal" ,poursuit Joseph Saadna.

"C'est un jugement très sévère mais mérité" explique Maitre Olivier Amiel qui représentait deux associations de St Jacques. "L'auteur a voulu déstabiliser le quartier avec ces deux articles complètement racistes".

"Nous avions été vraiment très blessés par ces articles. Ça avait été un choc pour toute la communauté gitane. Ca avait fait le tour de France" - Joseph Saadna, le président du comité animation de la place du Puig à Perpignan.

"Ces articles nous ont choqués", Joseph Saadna, président de l'association de l'animation de la place du Puig à Perpignan

Ces articles parus dans le Petit Journal Catalan en août 2015 avaient déclenché une vive polémique. Le 16 août 2015, Rodolphe Crevelle, une plume bien connue d'extrême droite, avait d'abord titré un article "A quoi servent les Gitans ?" avant une semaine plus tard de comparer des Maghrébins de la place Cassanyes à des "martiens". Déjà condamné à de nombreuses reprises, Rodolphe Crevelle avait écrit à propos des Gitans : "Après avoir été des voleurs de poules, ils sont aujourd'hui des violeurs d'allocations et d'aides sociales".

"Place Cassanyes, je ne vois pas de communautés, je ne vois que des Français" explique Aziz Sébhaoui, le président des commerçants de Cassanyes

Les juges ont aussi précisé que le Petit Journal Catalan devra faire mention de cette condamnation sur une demi-page en une de son prochain numéro. Joint par France Bleu Roussillon quelques instants après l'énoncé du jugement, Alain Paga n'a pas souhaité réagir. Il ignore s'il fera appel de cette décision du tribunal correctionnel de Perpignan. Rodolphe Crevelle est lui resté injoignable. Selon Alain Paga, Rodolphe Crevelle "ne travaille plus" pour l'hebdomadaire.

"C'ets un jugement très sévère mais mérité" explique l'avocat Olivier Amiel