Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Il avait incendié un radar tourelle la nuit du réveillon : un gilet jaune condamné à Montargis ce mercredi

-
Par , France Bleu Orléans

Un homme de 57 ans a été condamné par le tribunal correctionnel de Montargis à dix mois de prison avec sursis ce mercredi. Ce gilet jaune, résidant à Poilly-lez-Gien, avait incendié le radar tourelle situé aux Bordes, durant la nuit du Réveillon. Les gendarmes l'avaient interpellé chez lui lundi.

Le radar tourelle est tombé après avoir été incendié
Le radar tourelle est tombé après avoir été incendié © Radio France - France Bleu La Rochelle

Un homme de 57 ans, se revendiquant gilet jaune, a été condamné à dix mois de prison avec sursis ce mercredi après-midi en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Montargis, pour avoir incendié et détruit le radar tourelle situé le long de la D952, aux Bordes (Loiret), pendant la nuit du 31 décembre au 1er janvier dernier, à minuit pile.

Un père de famille sans histoires

Ce père de famille, agent territorial de profession, avait été arrêté lundi 18 mai au petit matin par les gendarmes, chez lui à Poilly-lez-Gien. Les enquêteurs ont mis plusieurs semaines à remonter la piste de cet homme au casier judiciaire vierge jusque-là, en visionnant les images des caméras de vidéo-surveillance sur la route pendant la nuit du réveillon, et en utilisant les données des relais de téléphonie mobile dans le secteur.

Un gilet jaune solitaire"

Après avoir nié être l'auteur de cet incendie au début de sa garde à vue, le quinquagénaire a finalement reconnu les faits, affirmant être "un gilet jaune solitaire" qui voulait ainsi montrer son mécontentement face au "gouvernement qui n'écoute pas les revendications du peuple". A l'audience, l'homme a clairement revendiqué l'aspect politique de son acte.

Il prépare une serviette imbibée de pétrole lampant

Le soir du 31 décembre 2019, il quitte le domicile et dit à son épouse qu'il va "faire un tour" (il pense à ses enfants, absents cette nuit-là), puis gare sa voiture à 400 mètres du radar. Ayant pris soin de préparer et d'emmener une serviette imbibée de pétrole lampant (un liquide qui s'enflamme vite et longuement et qu'on met habituellement dans les lampes à pétrole), il la fixe ensuite sous le radar des Bordes, et y met le feu.

Valeur du radar détruit : 100 000 euros

Ce radar tourelle, qui venait d'être installé quelques mois plus tôt sur cette route départementale, sera entièrement détruit, et tombera au sol. Sa valeur était de 100.000 euros, selon la préfecture du Loiret qui a porté plainte. Le gilet jaune, condamné ce mercredi, est également condamné à rembourser cette somme.

Le parquet de Montragis demandait une peine de prison ferme

Le parquet de Montargis, à l'audience, a requis une peine de dix-huit mois de prison, dont huit mois fermes, avec mandat de dépôt à l'issue de l'audience. Le tribunal a décidé de condamner cet homme à dix mois de prison avec sursis probatoire, le parquet réfléchit à faire appel.

Dans le Loiret, ce n'est pas la première fois que des gilets jaunes sont condamnés à de la prison ferme. Cela avait été le cas après l'incendie d'une mairie en janvier 2018 ou à Orléans après une manifestation fin décembre 2019.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu