Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Radicalisation : "un certains nombre d'individus sont suivis en Creuse"

vendredi 30 mars 2018 à 11:36 Par Jérôme Edant, France Bleu Creuse

Plusieurs individus sont suivis pour radicalisation dans le département de la Creuse. Le préfet Philippe Chopin l'a indiqué ce matin sur France Bleu Creuse, sans vouloir donner un nombre précis. Il a également expliqué qu'un exercice attentat s'est déroulé jeudi dans un supermarché de Guéret.

Selon le préfet de la Creuse, quelques individus sont surveillés pour radicalisation dans le département
Selon le préfet de la Creuse, quelques individus sont surveillés pour radicalisation dans le département © Maxppp - Fabrice Anterion

Il n'a pas voulu dire combien précisément, mais le préfet de la Creuse Philippe Chopin, invité de la matinale de France Bleu Creuse ce vendredi, a indiqué que plusieurs individus sont actuellement suivis pour radicalisation dans le département. Tous les services de l'Etat sont mobilisés pour surveiller l'évolution et les agissements de ces personnes qui, en tout état de cause, ne présentent pas de danger imminent.

Tester la réactivité des forces de l'ordre

Par ailleurs, à l'initiative de la préfecture, un exercice-attentat s'est déroulé jeudi dans un supermarché de Guéret afin de tester la réactivité et l'organisation des secours. De telles simulations se dérouleront régulièrement afin de savoir réagir face à une éventuelle attaque.

Selon le préfet, une centaine de forces de l'ordre oeuvrent, dans leurs missions quotidiennes, pour surveiller ce risque terroriste.