Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Raid Latécoère : deux Français meurent dans le crash de leur avion

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu Paris, France Bleu

Le raid Latécoère-Aéropostale est endeuillé deux jours après son départ de Toulouse. Deux pilotes ont trouvé la mort dans la région d'Alicante dans le crash de leur avion. Les circonstances du drame restent à éclaircir. Lucien Isnard avait 67 ans, Alain Garnier 73.

Alain Garnier et Lucien Isnard, les deux passionnés du projets "Des ailes et des lettres", sont morts dimanche en Espagne
Alain Garnier et Lucien Isnard, les deux passionnés du projets "Des ailes et des lettres", sont morts dimanche en Espagne - Capture d'écran site internet

Toulouse, France

Deux pilotes qui participaient depuis samedi au raid Latécoère-Aéropostale sont morts ce dimanche en Espagne, dans la province d'Alicante. L'un avait 67 ans, l'autre 73. Une information confirmée ce midi à France Bleu Occitanie par Hervé Berardi, le président de ce rallye aéronautique qui réunit tous les ans des grands amateurs d'aviation qui se lancent sur les traces des grands pionniers de l'Aéropostale. Trente équipages avaient pris le départ de l'événement, samedi 14 septembre, depuis l'aérodrome de Toulouse-Francazal pour faire comme Saint-Exupéry, Mermoz et Guillaumet au début du siècle.

Ce sont des habitants de la ville d'El Pedreguer près d'Alicante qui ont donné l'alerte après avoir aperçu l'appareil voler à très basse altitude et entendu un bruit très fort. La garde civile espagnole précise qu'il y avait du brouillard dans la province de Valence au moment de l'accident. L'avion, un Cirrus SR22 s'est écrasé à 100 kms de l'aérodrome de Muxamel où il devait atterrir.

Deux passionnés qui réalisaient "leur rêve"

Les deux pilotes étaient originaires de la région parisienne. Lucien Isnard et Alain Garnier avaient monté ce projet depuis de nombreuses années. Sur le site internet de leur association, on trouve un message de l'association Marco Polo à laquelle appartenait Lucien Isnard, professionnels du voyage d'affaires : "Nous avons perdu un ami fidèle. Tous ceux qui ont eu la chance de connaître Lucien savent à quel point c’était une « belle personne » à la joie de vivre communicative. Chez Marco Polo, nous pleurons également notre cher co-président. Au-delà de cette communauté, c’est toute l’industrie du voyage d’affaires qui est en deuil aujourd’hui". Les deux pilotes avaient emmené des fournitures scolaires et des livres pour une école du sud du Maroc.

La météo, cause de l'accident ?

Abdelaziz Bougja, co-président avec Lucien Isnard de l'association Marco Polo, rend donc hommage à son ami disparu, un véritable passionné d'aviation qui avait 900 vols au compteur dans 15 pays différents : "Le raid Latécoère, c'était un vieux rêve pour lui, un rêve d'enfance, ses yeux brillaient comme chez un enfant quand il en parlait. Nous sommes abattus". Mais il exprime aussi des réserves sur les conditions de cet accident. Il se demande pourquoi on a laissé décoller les avions du raid ce jour-là : "Il avait un très bon avion, les conditions météo sont les principales causes (...) Mais alors pourquoi avoir fait décoller les avions dans de telles conditions. On l'a bien vu les jours d'avant il y a eu des pluies torrentielles dans cette région d'Espagne, du brouillard, des orages... je ne comprends pas".

Déjà en octobre 2010 lors de ce raid, un avion de tourisme français s'était écrasé dans la province de Navarre, provoquant la mort de trois participants.

Choix de la station

France Bleu