Faits divers – Justice

Ramollos, flagadas, fatigués, déprimés : le blues hivernal arrive

Par Mélanie Tournadre, France Bleu Drôme-Ardèche mercredi 2 novembre 2016 à 19:14

Avec le passage à l'heure d'hiver,  le manque de luminosité ; certains sont atteints par la dépression saisonnière.
Avec le passage à l'heure d'hiver, le manque de luminosité ; certains sont atteints par la dépression saisonnière. © Maxppp - Eric Audras

Vous êtes fatigués ? Sans envie ? Le moral dans les chaussettes ? C'est peut-être le début d'une dépression saisonnière. Avec le passage à l'heure d'hiver, le manque de luminosité ; de nombreuses personnes sont atteintes par le blues hivernal.

Le dimanche 30 octobre, nous sommes passés à l'heure d'hiver. Par conséquence la nuit tombe plus tôt, avant 18h et nous manquons de luminosité. Résultat : de nombreux habitants de Drôme et d'Ardèche, comme partout en France, se sentent fatigués et même déprimés. Ils souffrent de blues hivernal, voire de dépression saisonnière.

Une baisse de moral

"Je suis ramollo, j'ai envie de rien faire !" explique un Valentinois à la tombée de la nuit. "Le soir, on sort du travail, il fait nuit, c'est la déprime" raconte une mère de famille.

"On a un coup de blues, on se sent raplala !"

"J'ai le moral à zéro en cette saison et je suis épuisée" explique une jeune étudiante valentinoise. Les symptômes de ce blues hivernal ou dépression saisonnières sont : l'absence de motivation, la difficulté de concentration, la passivité, la tristesse ou mélancolie et le sentiment de fatigue.

Dans les rues de Valence, les habitants sont nombreux à se dire déprimés et fatigués depuis le passage à l'heure d'hiver.

Un sentiment d'extrême fatigue

Il y a un aspect psychologique à ce blues hivernal. "On sait qu'on entre dans l'hiver et qu'on ne va pas aller bien" explique le Drômois Gérard Pons, président de l'Association française de luminothérapie.

Mais il y a aussi des explications biologiques. "Nous ne recevons plus assez de lumière de qualité, au niveau des yeux donc nous fabriquons des hormones du sommeil, comme la mélatonine, en pleine journée." "Du coup, la nuit, on fabrique moins de ce somnifère naturel et notre sommeil est entrecoupé de micro-réveils et on se lève fatigué !"

"Je n'arrive pas à me lever le matin, je suis épuisée"

"Je suis fatiguée en pleine journée et même après avoir dormi je me sens épuisée le matin en me levant" explique une Valentinoise.

Sortir prendre la lumière 30 minutes par jour

Face à ce blues hivernal, c'est la ruée dans les pharmacies pour acheter des vitamines. "Ils sont nombreux, en ce moment, à venir acheter des vitamines, des plantes stimulantes ou du magnésium" explique cette préparatrice à la Grande Pharmacie de l'Europe à Montélimar.

Pour les spécialistes de la luminothérapie, plutôt que d'acheter des vitamines, "mieux vaut aller prendre la lumière, dehors, de 20 minutes à une heure par jour" explique Gérard Pons. Il est aussi possible d'acheter certains appareils diffusant de la lumière intense bleue qui "permettent de lutter contre le blues".

Reportage sur le blues hivernal qui touche de nombreux Drômois.