Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Meurtre d'Alexia Daval

Randall Schwerdorffer, avocat de Jonathann Daval : "Je suis pour un maximum de publicité dans cette affaire"

vendredi 26 octobre 2018 à 5:01 Par Christophe Mey, France Bleu Besançon, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu et France Bleu Bourgogne

Confronté à l'extrême médiatisation de l'affaire Alexia, l'avocat de Jonathann Daval estime que cette évolution est inévitable. Il souhaite un débat sur la réforme du secret de l'instruction. Pour lui, une publicité maximale ne peut qu'aider au bon fonctionnement de la justice.

Me Randall Schwerdorffer répondant à une nuée de journalistes le 4 juillet 2018 devant le palais de justice de Besançon
Me Randall Schwerdorffer répondant à une nuée de journalistes le 4 juillet 2018 devant le palais de justice de Besançon © AFP - Sébastien Bozon

Gray, France

Le 28 octobre 2017 en fin de journée, la gendarmerie de Haute Saône lançait un appel à témoin suite à la disparition inquiétante d'une joggeuse sur les bords de la Saône près de Gray. Un an après, le moindre rebondissement dans l'affaire Alexia Daval fait la une des médias dans la France entière et continue à passionner l'opinion publique. Le meurtre de la jeune femme avait suscité l'émotion dans tout le pays, la presse locale et nationale avaient largement rendu compte notamment de la marche blanche en mémoire d'Alexia et des débuts de l'enquète.

Mais le déferlement médiatique a véritablement commencé en janvier 2018, lorsque Jonathann Daval, le mari d'Alexia, a été interpellé.  L'avocat du meurtrier présumé, Me Randall Schwerdorffer, pressentait une garde à vue très suivie par les médias, mais il pensait que le soufflé retomberait rapidement. "Je me suis complètement trompé" dit-il aujourd'hui " je n'ai pas imaginé que cette affaire prendrait cette ampleur médiatique, qui à un moment nous a complètement dépassé." 

Je n'avais jamais vu une garde à vue suivie minute par minute par 80 journalistes"- Me Randall Schwerdorffer.

"Des affaires comme celle d'Alexia ou de Maelys, c'est nouveau, on ne connaissait pas. J'avais jamais vu une garde à vue suivie minute par minute par 80 journalistes" Et  pour le pénaliste bisontin, il faut s'attendre à voir de plus en plus d'affaires criminelles ultra-médiatisées. "Ça ne va pas s'arrêter", prédit-il, "avec le développement des réseaux sociaux et des chaînes d'information continue, il y en aura d'autres". Le corollaire c'est une enquête et une instruction marquées par de nombreuses fuites dans la presse. Edwige Roux-Morizot, procureure de la République de Besançon, était d'ailleurs montée au créneau pour dénoncer les "violations répétées et inadmissibles du secret de l'instruction". 

Aujourd'hui l'avocat de Jonathann Daval appelle de ses voeux un débat sur l'utilité du secret de l'instruction " trop archaïque, plus du tout adapté à notre époque et aux évolutions majeures que sont les réseaux sociaux, les chaînes d'information 24 heures sur 24". Mais selon lui, la justice aura du mal à  prendre ce virage. "On a une justice qui a toujours beaucoup de mal à évoluer, et à vivre avec son temps, avec des magistrats souvent paniqués, réfractaires à l'idée que les choses soient publiques". L'avocat souhaite une réflexion "sur l'évolution des relations entre le justice et les médias et le secret de l'instruction, car ce type de phénomène ne va aller qu'en s'accroissant. Moi je suis pour un maximum de publicité!"

Une chaîne de télé dédiée à la retransmission des procès?

Me Randall Schwerdoffer va même jusqu'à défendre l'idée d'une chaîne de télévision dédiée aux procès publics  pour que les citoyens puissent voir comment la justice est rendue. "Le seul contrôle du travail de la justice, qui se trompe parfois, c'est l'oeil du public" estime-t-il, "et souvent ce qui fait peur à la justice c'est la médiatisation, le regard du public.  Les juges n'ont aucune responsabilité quand ils se trompent, c'est totalement scandaleux. La seule façon de contrôler le travail des juges, c'est la publicité maximale des affaires.

L'affaire Alexia Daval est-elle trop médiatisée? L'avis de Me Randall Schwerdorffer, avocat de Jonathann Daval