Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Rapporter son verre au bar, du travail dissimulé ?

lundi 16 décembre 2013 à 16:35 - Mis à jour le mercredi 18 décembre 2013 à 15:12 Par Benjamin Bourgine, France Bleu Breizh Izel

La gérante d'un café-concert de Locmiquélic dans le Morbihan est visée par un contrôle URSSAF. L'administration réclame près de 9.000 euros à la patronne, qu'elle accuse de travail dissimulé, car les clients allaient chercher et rapportaient leurs consommations au bar. La gérante conteste l'accusation.

Les clients rapportaient leurs verres au bar
Les clients rapportaient leurs verres au bar © Fotolia.com

Une gérante de bar à Locmiquélic, dans le Morbihan, est en conflit avec l'URSSAF de son département, qui lui reproche de recourir à du travail dissimulé. 

Pour établir les faits, les contrôleurs sont intervenus en juin 2012 chez elle. Lors de ce contrôle, ils constatent que les clients rapportent leurs verres au bar. Pour eux, les clients sont des employés réguliers de l'établissement, et ils accusent la gérante de travail dissimulé. Mais Maryka Le Floch, la patronne, se défend de cette accusation, et explique que c'est tout l'esprit de son café-concert. "Je veux que les gens se sentent comme chez eux et maintenant, ce n'est plus pareil, ça a tout gâché ", regrette la commerçante. 

Mamm Kounifl : Témoignage de Maryka le Floch

Et dans la forme, l'intervention des contrôleurs dans ce café-concert "Mamm Kounifl" a choqué Maryka Le Floch, qui a d'abord pensé "à un hold-up ". Elle dénonce les conditions dans lesquelles se sont déroulées le contrôle et en parle avec encore beaucoup d'émotion. 

URSSAF - PAD

L'URSSAF Bretagne n'a pas souhaité répondre à une interview enregistrée, mais le responsable de ces trois contrôleurs maintient qu'il y a eu travail dissimulé. Il conteste la manière dont la gérante présente l'intervention :*** pas de violence selon le responsable des contrôleurs, qui parle même de "propos diffamants* " envers le personnel de l'URSSAF.

La partie pénale de l'affaire a été classée sans suite par le procureur de Lorient, mais au civil, l'URSSAF réclame près de 8.800 euros à la gérante. Le tribunal des affaires de sécurité sociale de Vannes devra trancher ce dossier. La date d'audience n'est pas encore fixée.