Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rassemblement de soutien pour Souleymane, jeune Ivoirien, au tribunal administratif de Caen

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Le sort d'un jeune Ivoirien de 18 ans entre les mains du tribunal administratif de Caen. Souleymane est sous le coup d'une obligation de quitter le territoire français. Elève en CAP à Caen, il présente pourtant selon ses soutiens toutes les garanties d'une volonté de s'intégrer en Normandie.

Le sort de Souleymane, jeune Ivoirien de 18 ans, se joue au tribunal administratif de Caen où une quinzaine de militants sont venus le soutenir.
Le sort de Souleymane, jeune Ivoirien de 18 ans, se joue au tribunal administratif de Caen où une quinzaine de militants sont venus le soutenir. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

Le cas de Souleymane examiné par le tribunal administratif de Caen ce mardi matin. Ce jeune Ivoirien de 18 ans, élève à l'institut Lemonnier à Caen est sous le coup d'une obligation de quitter le territoire français (OQTF) délivrée par la préfecture du Calvados le 12 janvier 2021. Ses soutiens se mobilisent pour éviter son expulsion, en expliquant qu'au bout d'un parcours compliqué, le jeune garçon s'est parfaitement intégré en Normandie.

Chaudement emmitouflé dans sa doudoune, Souleymane se réchauffe aussi du soutien que sont venues lui apporter une quinzaine de personnes, militants et associatifs, devant le tribunal administratif. Valérie Templéraud, bénévole au sein du Collectif d'aide aux refugiés de Caen, l'héberge tous les week-ends depuis un an et demi. Elle estime que le département ne fait pas son travail dans ce dossier. "Son statut de mineur isolé étranger n'a jamais été reconnu malgré nos démarches en 18 mois, explique-t-elle, nous l'avons donc scolarisé, et je l'héberge quand il n'est pas à l'internat. Mais maintenant qu'il est majeur, le département estime qu'il n'a pas besoin d'aide et ne lui délivre pas le contrat de jeune majeur auquel il aurait droit". 

Après un parcours chaotique, le jeune homme a trouvé la stabilité en Normandie

Le jeune garçon raconte que d'Abdijan à Caen, la route a été longue. Il a quitté son pays où il était "enfant des rues" pour rejoindre la Libye, puis l'Italie. En difficulté sur place à cause de la langue notamment, il choisit venant d'un pays francophone de rejoindre la France. A Paris, il survit dans des camps de migrants Porte de la Chapelle. "On ne mangeait qu'une seule fois par jour grâce aux Restos du cœur", raconte-t-il. Depuis qu'il est en Normandie, il a trouvé une stabilité. Elève en 2ème année de CAP maintenance des machines agricoles à l'institut Lemonnier à Caen, tout va pour le mieux poursuit-il. "Je veux m'intégrer, avoir mon CAP, passer un bac pro ensuite, j'ai des amis, des proches, je suis bien".

"Ce jeune homme cumule toutes les difficultés administratives qu'un étranger peut rencontrer" estime son avocat

"Ça se passe bien et même très bien, confirme son avocat Clément Cavelier. Il a d'excellentes notes et ses profs sont dithyrambiques". L'avocat ne comprend pas que la préfecture s'acharne. "Deux obligations de quitter le territoire en l'espace d'un mois, on peut parler d'acharnement, alors que la préfecture aurait pu lui laisser le temps de déposer sa demande de titre de séjour. Elle était prévenue de notre démarche auprès du conseil départemental pour qu'il soit pris en charge dans le cadre d'un contrat jeune majeur". Souleymane doit faire face selon lui à toutes les difficultés administratives qu'un étranger peut rencontrer. "Il est bloqué au niveau du Conseil départemental, bloqué au niveau de la préfecture, heureusement qu'il a un gros soutien autour de lui et qu'il n'est pas seul. C'est un jeune vraiment méritant et tout ce que je souhaite c'est qu'il ait un titre de séjour, et tous cas il le mérite". 

La préfecture du Calvados, qui n'était pas présente à l'audience, conclut de son côté au rejet de la requête. Réponse du tribunal administratif en fin de la semaine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess