Faits divers – Justice

Rassemblement surprise des policiers à Besançon

Par Justine Dincher, France Bleu Besançon jeudi 20 octobre 2016 à 20:12

Environ 60 policiers se sont rassemblés sous la pluie.
Environ 60 policiers se sont rassemblés sous la pluie. © Radio France - Justine DINCHER

Les policiers bisontins se sont rassemblés, quelques minutes, ce jeudi devant l'hôtel de police de Besançon. Le rassemblement, spontané, n'a pas été lancé par les syndicats. Une soixantaine de fonctionnaires a pris part au mouvement, en "soutien à leurs collègues parisiens".

Le mouvement des policiers en colère fait tache d'huile et gagne Besançon. Une soixantaine de policiers s'est rassemblée ce jeudi devant l'hôtel de police, à la Gare d'eau. Ce rassemblement statique était organisé "en soutien aux collègues de la région parisienne". Le 8 octobre dernier, à Viry-Chatillon dans l'Essonne, deux véhicules de police ont été la cible de cocktails molotov.

Les policiers se sont retrouvés en tenue civile. - Radio France
Les policiers se sont retrouvés en tenue civile. © Radio France - Justine DINCHER

Depuis cette agression, dans certaines villes françaises comme à Paris, Bordeaux, Toulouse ou encore Nancy, les policiers tentent de se faire entendre, organisent des manifestations "surprise" pour réclamer plus de moyens.

Manifestation sans les syndicats

A Besançon, ils se sont donc regroupés pendant un quart d'heure, vers 18 heures. La plupart des policiers ont oté leur uniforme. Environ 60 fonctionnaires, des hommes et des femmes, se sont rassemblés dans le calme, devant les portes de l'Hôtel de Police.

Dos face aux passants et aux voitures, ils ont patienté sans bruit : pas de cri, pas de sifflet, pas de slogan de manifestation. Ils avaient imprimé quelques feuilles sur lesquelles on pouvait lire : "Besançon, solidarité avec nos collègues".

"Ça suffit ! Dans tous les commissariats, on en peut plus !"

Ce rassemblement, spontané, n'a pas été initié par les syndicats. Ces policiers bisontins ont bravé leur devoir de réserve, l'un d'entre eux s'explique : "c'est extrêmement rare, mais l'agression de nos collègues, c'est la goutte qui a fait déborder le vase. C'est horrible ce qui est arrivé ! De toute façon, dans tous les commissariats de France, les collègues en ont marre... ça suffit, on en peut plus ! Il y a de plus en plus d'outrages, de rebellions, ça devient une catastrophe ! Stop ! On veut du monde, on veut des moyens, on veut travailler, point final".

Partager sur :