Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Rats à la prison de Sequedin : la justice donne raison au détenu

mardi 25 octobre 2016 à 19:38 Par Cécile Bidault et France Bleu, France Bleu Nord et France Bleu

Le juge des référés vient de rendre son ordonnance, après avoir été saisi par un détenu de la prison de Sequedin, qui dénonce la présence de rats dans l'établissement. La justice lui donne raison, et ordonne à l'adminsitration pénitentiaire de prendre des mesures.

Photo prise depuis une cellule.
Photo prise depuis une cellule. © Radio France

Sequedin, France

Un détenu de la prison de Sequedin, près de Lille, obtient gain de cause devant la justice. Il avait témoigné sur France Bleu Nord depuis sa cellule, de la présence massive de rats dans l'établissement. "C'est une fourmilière de rats", racontait-il, "c'est répugnant. En promenade, les rats marchent à côté de nous, ils n'ont pas peur ! Avec le temps, on va être infectés. Moi, j'ai été condamné à être privé de liberté, pas à m'exposer à des maladies."

Le détenu entendu par la justice

Le juge des référés du tribunal administratif de Lille, saisi en urgence, considère qu'il existe bien un risque sanitaire, et ordonne à l'administration pénitentiaire d'effectuer un diagnostic, et d'intensifier les mesures de dératisation, dans un délai de 10 jours. Elle devra aussi changer le détenu de cellule, car il est au rez-de-chaussée, et particulièrement exposé à la présence des rats. Dans son ordonnance, le juge écrit que cette situation "est de nature à engendrer un risque sanitaire pour l'ensemble des personnes fréquentant l'établissement".