Infos

Poursuites judiciaires engagées contre les organisateurs de la rave-party dans le Finistère

Par Jérôme Collin, France Bleu Breizh Izel et France Bleu lundi 31 octobre 2016 à 16:59 Mis à jour le lundi 31 octobre 2016 à 18:42

Plus de 4000 teufeurs ont participé à la rave-party de Commana - Photo d'illustration
Plus de 4000 teufeurs ont participé à la rave-party de Commana - Photo d'illustration © Radio France - Hugo Charpentier

Les forces de l'ordre sont intervenues ce dimanche 30 octobre à Commana pour mettre fin à une rave-party illégale. Une intervention "excessive et violente" selon les amateurs de musique techno sur place. Ils étaient plus de 4.000 au total. Le maire de Commana veut porter plainte.

Le procureur de la République de Brest a annoncé ce lundi annonce que des poursuites judiciaires sont engagées contre le propriétaire du champ où s'est déroulée la rave-party et contre le ou les organisateurs de l'événement. L'agriculteur est poursuivi pour "complicité d'agressivité sonore". Le ou les organisateurs sont poursuivis pour "troubles à la tranquillité d'autrui". Ils comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Brest le 9 mars 2017.

Du côté des teufeurs, ils sont en colère, leurs organisateurs aussi. Ils ne comprennent toujours pas l'intervention de 70 gendarmes, ce dimanche 30 octobre, alors que la rave-party était déjà finie. "On peut nous reprocher plein de choses, on fait du bruit, mais l'intervention était brutale. Ils sont arrivés et ils ont matraqué et gazé tout le monde", relate Vincent Tanguy, qui organise régulièrement des événements dans le Finistère.

Des violences balayées d'un revers de la main par Francis Estrabaud, le maire de Commana : "A chaque fois qu'il y a une intervention, c'est trop musclé. Les gendarmes dénoncent eux aussi une réaction trop musclée des teufeurs." La préfecture du Finistère va dans le même sens. "Il y a eu un usage proportionné de la force dans la mesure où les gendarmes ont été confrontés à des actes de rébellion, un début de pugilat", explique Jean-Daniel Montet-Jourdran, le directeur de cabinet du préfet.

Des gaz lacrymogènes ont été utilisés par les forces de l'ordre pour faire régner le calme. Les autorités ont, par ailleurs, saisi les amplis des teufeurs.

Une absence de dialogue avec le nouveau préfet ?

Les teufeurs regrettent le manque de dialogue avec Pascal Lelarge, le nouveau préfet du Finistère, arrivé fin août. Selon plusieurs organisateurs de ces événements, le ton a radicalement changé par rapport au précédent préfet. "Nous ne sommes plus du tout reçus de la même manière, on a le sentiment d'être stigmatisé", témoigne l'un de ces organisateurs. La préfecture dément. "Il n'y a pas de changement de position, le préfet est tout à fait prêt à dialoguer avec les teufeurs. Ce sont eux qui n'ont pas fait correctement les choses, ils n'ont rien déclaré", rétorque le directeur de cabinet du préfet.

Une plainte bientôt déposée par le maire de Commana

Le maire de Commana est à bout de nerfs. Il dénonce une nouvelle rave-party non déclarée, "*_la quatrième depuis cet été ! Ce n'est pas parce que nous sommes dans une commune rurale que l'on peut faire n'importe quoi.* Ces jeunes, ils n'ont qu'à faire ça dans leurs jardins, on verra comment réagissent leurs voisins_", s'emporte Francis Estrabaud. Le maire de la petite commune de 1000 habitants annonce son intention de porter plainte.

Partager sur :