Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Réaction après l'agression d'une policière municipale près de Nantes : "Ce drame arrivera encore et encore"

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

La violente agression d'une policière municipale à La Chapelle-sur-Erdre, près de Nantes (Loire-Atlantique), fait réagir Manuel Herrero, chef de la police municipale de Portes-lès-Valence (Drôme). Pour lui, cette attaque est un exemple du danger que courent ces fonctionnaires.

Le commandant Herrero déplore un manque de considération
Le commandant Herrero déplore un manque de considération © Radio France - Marie Roussel

"On est complètement effarés, toutes mes pensées vont vers ma collègue et mes deux collègues gendarmes", réagit Manuel Herrero, chef de la Police municipale de Portes-lès-Valence, et secrétaire général adjoint de l'UNSA Police en Auvergne-Rhône-Alpes.

Après la violente agression d'une policière municipale à La Chapelle-sur-Erdre, près de Nantes (Loire-Atlantique), le commandant pointe du doigt les dangers que courent les policiers municipaux en France : "On est en colère parce que nous sommes les primo intervenants. Nous sommes dans la rue tous les jours, du matin jusqu'au soir, et une partie de la nuit." 

"Ce drame arrivera encore et encore si on ne fait rien" - Manuel Herrero, chef de la police municipale de Portes-lès-Valence 

Pour lui, la profession manque de considération de la part des politiques. "Il va falloir aujourd'hui qu'on se penche sur le cas des policiers municipaux. On ne nous entend pas depuis de nombreux mois. Sauf que la violence galope", s'indigne-t-il. Manuel Herrero insiste sur le manque d'armement dans la police municipale : "53 % des policiers municipaux sont armés, ça veut dire qu'il reste 47 % des policiers qui ne sont pas armés", déplore le commandant, "ce drame arrivera encore et encore si on ne fait rien".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess