Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Attentats de Paris : réactions des élus du Poitou

-
Par , , France Bleu Poitou
Poitiers, France

Après les attentats meurtriers à Paris ce vendredi 13 novembre, les réactions sont nombreuses. Dans le Poitou, les sénateurs, députés, conseillers régionaux et maires nous livrent leurs premiers mots.

L'état d'urgence est décrété aorès les attaques meurtrières à Paris
L'état d'urgence est décrété aorès les attaques meurtrières à Paris © Maxppp

Voici quelques unes des réactions des élus du Poitou que nous avons pu recueillir dans la nuit de vendredi à samedi, après les attaques sanglantes à Paris et au stade de France.

Pour Alain Claeys, député-maire socialiste de Poitiers : "C'est une situation terrible, malheureusement que l'on craignait, depuis plusieurs semaines, dans les heures qui viennent, dans les jours qui viennent l'ensemble des élus, et des responsables de notre pays devront mesurer la gravité de la situation, mais ce soir nous sommes consternés par ce que que nous entendons et ce que nous voyons".

Alain Claeys, député maire de Poitiers

_Pour Elisabeth Morin-Chartier, députée européenne : "Devant cette stupeur, il faut beaucoup de pudeur, tout combat d'idées n'est plus d'actualité, ce qui compte c'est le débat pour la démocratie, et pour la liberté, c'est de notre démocratie et de notre liberté qu'il est question"_.

Elisabeth Morin-Chartier, euro-députée

Pour Philippe Mouiller, sénateur Les Républicains des Deux-Sèvres : "Je suis forcément consterné, horrifié, on est sur quelque chose qu'on n'a jamais connu en France, et puis derrière il y a l'unité nationale qui est nécessaire, on est dans un état de guerre".

Philippe Mouiller, sénateur des Deux-Sèvres

Pour Jean- Michel Clément, député socialiste du Sud Vienne : "Par le passé, les menaces venaient souvent de l'extérieur, alors que là, ce terrorisme-là, est un terrorisme organisé de l'intérieur, à partir de ces mouvements dont le monde sait ce qu'ils font aujourd'hui pour destabliser tous les pays libres je crains que nous retrouvions parmi les auteurs, des citoyens français".

Jean-Michel Clément, député de la Vienne

Pour Olivier Chartier, conseiller régional et candidat tête de liste Les Républicains dans la Vienne : _"Bien sûr ma campagne est suspendue devant la gravité des évênements, les choses vont être très différentes, c'est un: la stupeur et deux: la pudeur qu'exige une situation grave et j'espère aussi agir en prenant des initiatives très fortes au plan national et internatoinal, l'heure est aujourd'hui au rassemblement"

.Pour Alain Fouché, sénateur Les Républicains de la Vienne : "Il va falloir prendre des mesures qui ne seront pas populaires mais que les gens devront accepter, comme ça s'est fait il y a quelques années, faudra passer les bagages aux rayons X, mettre des portiques de sécurité, c'est une question de vie ou de mort (...) dans les gares c'est très difficile, même chose dans le métro, et va falloir prendre des mesures radicales et très fortes"**_.

Jérôme Baloge**, le maire de Niort a également réagit au micro de France Bleu Poitou : "_ma première réaction c'est une réaction de sidération, de profonde affection  hier et ce matin toujours. O_n est un pays profondément blessé et on le ressent ici à Niort, autant qu'ailleurs. On est tous Français. Et aujourd'hui comme hier, plus qu'hier, il faut montrer un pays debout".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess