Infos

Début d'aveux lors de la reconstitution du double parricide de Labastide-Clairence

Par Jacques Pons et Paul Nicolaï, France Bleu Béarn, France Bleu Gascogne et France Bleu Pays Basque mardi 29 novembre 2016 à 17:56

Le convoi des voitures dans la brume du matin
Le convoi des voitures dans la brume du matin © Radio France - Paul Nicolaï

Le principal suspect, Kevin Rouxel, a reconnu le meurtre de son père mais pas celui de sa mère lors d'une reconstitution organisée mardi dans le quartier de la Côte. Ce double parricide remonte au 20 février 2016 dans une maison isolée à la limite de Labastide-Clairence et Hasparren.

Avec cette reconstitution la juge d'instruction chargée de l'enquête sur le double parricide du 20 février dernier voulait y voir plus clair. Objectif des enquêteurs : lever les zones d'ombre et les contradictions nombreuses dans ce dossier. Principal suspect de ce double parricide, le fils cadet des époux Rouxel. Kevin a reconnu avoir abattu son père avec une arme à feu. L'altercation a éclaté avec Pascal Rouxel au domicile familial lors d'un repas d'anniversaire. Une réunion organisée dans la villa isolée, dans un quartier agricole à la limite de Labastide-Clairence et d'Hasparren. Le père a succombé à ses blessures quelques minutes après l'arrivée des premiers secours. En revanche, la mère a été victime d'une balle perdue selon l'avocat de Kevin, maitre Emmanuel Zapirain.

La mère victime d'une balle perdue selon l'avocat Emmanuel Zapirain

Le fils cadet reconnait le meurtre de son père mais pas celui de sa mère selon l'avocat Emmanuel Zapirain

Kevin, cadet de la famille, est mis en examen pour meurtre avec préméditation et sa compagne pour complicité. Le frère ainé, Yann Rouxel, était également présent ce mardi même s'il semble hors de cause dans ces assassinats. Il avait d’ailleurs été remis en liberté après un bref passage en prison.

L'arrivée du couple de suspects ce matin  - Radio France
L'arrivée du couple de suspects ce matin © Radio France - Paul Nicolaï

La juge d'instruction en charge de ce dossier possède désormais de nouveaux éléments concrets. Il reste encore de nombreuses zones d'ombre, notamment le mobile de ce double crime. Kevin Rouxel travaillait peu. L'une des hypothèses des enquêteurs est qu'il lorgnait peut-être sur le magot de ses parents.

Partager sur :