Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Record de saisie d'avoirs criminels en France en 2017

mercredi 7 mars 2018 à 9:13 Par Stéphane Barbereau et Sophie Morlans, France Bleu Nord

La valeur des biens saisis suite à des interpellations criminelles se chiffrent à 540 millions d'euros en 2017 révèle sur France Bleu Nord le directeur interrégional de la Police Judiciaire de Lille. Un chiffre en augmentation également dans le Nord Pas-de-Calais.

Romuald Muller, le patron de la PJ de Lille
Romuald Muller, le patron de la PJ de Lille © Maxppp - Pierre Le Masson

Lille, France

La saisie des avoirs criminels en France s'élève à 540 millions d'euros en 2017. Ce chiffre est en hausse de 4% sur un an et constitue une nouvelle année record. Il a surtout doublé depuis 2011 (240 millions d'euros saisis à l'époque), depuis que la loi autorise les services de police à récupérer sur les biens des personnes condamnés le chiffre d'affaires généré par leur trafic, notamment pour la drogue. 

20 millions d'euros saisis en Nord-Pas-de-Calais

Dans la région, la liste est longue et variée : bijoux, voitures de luxe, portables,... Ces saisies ont augmenté de 25% en un an soit 20 millions d'euros en 2017 a révélé sur France Bleu Nord ce mercredi matin, le directeur interrégional de la Police Judiciaire de Lille, Romuald Muller : 

On est sur une progression constante. Chez nous, 22% des avoirs criminels saisis concernent le trafic de stupéfiants, c'est une problématique majeure ici

Romuald Muller sur France Bleu Nord, ce mercredi matin

Parmi les exemples de "biens mal acquis" saisis, il y a le Carib Palm, un bateau arraisonné avec 2,2 tonnes de cocaïne à bord en décembre 2015 au port de Boulogne-sur-Mer :

Il a été revendu l'été dernier pour 650 000€ pour destruction mais ça permet de faire tomber l'argent dans les caisses de l'Etat

Il y aussi des montres de luxe d'une valeur de 40 000 euros pièce, saisies lors du démantèlement d'un réseau criminel. Les biens volés sont restitués évidemment à leur propriétaire, la drogue est détruite mais les autres biens acquis directement par les condamnés sont ensuite gérés par l'Etat qui les revend en général. L'argent récupéré permet notamment d'investir dans du matériel technique et profite donc aux enquêtes. Certains de ces biens sont aussi conservés, comme les voitures qui sont réutilisées par la PJ explique Romuald Muller : "elles représentent  aujourd'hui 12% du parc de véhicules de mon service", explique le directeur interrégional. 

43% de ces biens mal acquis sont des biens immobiliers. Si l'argent du crime a été investi dans un placement comme une assurance vie, il est aussi récupéré, y compris à l'étranger, c'est le travail de cellules spéciales, l'une d'elles est basée à Lille. Ce minutieux travail de recherches des biens des criminels est notamment piloté par le Gir, le groupe d'intervention régional qui comprend 15 policiers et gendarmes et qui va être renforcé.