Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Redoine Faïd, le roi de l’évasion, est absent à son procès

-
Par , France Bleu, France Bleu Nord

En grève de la faim, Redoine Faid le roi de l’évasion a refusé jeudi de sortir de sa cellule de prison pour assister à son procès en appel pour l’attaque d’un fourgon blindé en 2011, qui s’est ouvert à la mi journée à Saint-Omer dans le Pas-de-Calais.

Redoine Faïd, le roi de l’évasion
Redoine Faïd, le roi de l’évasion © Maxppp - Olivier Arendel

En grève de la faim depuis une semaine, le roi de l'évasion Redoine Faïd, a refusé jeudi d'être extrait de sa cellule de Vendin-le-Vieil dans le Pas-de-Calais pour assister au procès en appel d'un braquage de fourgon blindé en mai 2011, auquel il est accusé d'avoir participé.

"Je constate qu'il n'est pas présent dans le box", a déclaré la présidente de la cour d'assises du Pas-de-Calais Sylvie Karas, qui a désigné un huissier de justice pour qu'il aille le sommer de comparaître au plus vite à l'audience, suspendue en attendant le résultat.

Incarcéré au centre de détention de Vendin-le-Vieil, près de Lens, l'une des prisons les plus sécurisées de France, Redoine Faïd, qui s’est évadé à deux reprises, a entamé la semaine dernière une grève de la faim et de la soif. Il dénonce ses conditions de détention, à l'isolement, et réclame également son transfert à Longuenesse pour la durée de son procès, afin de ne pas devoir faire plus d'une heure de route pour se rendre à l'audience chaque jour.

Une grève de la faim pour dénoncer des conditions "pires qu'à Guantanamo"

_"Il ne viendra pas, sauf si on le fait venir de force. Ce sera tout sauf un procès, avec un accusé qui sera peut-être allongé, ne tiendra pas debout, ne pourra pas s'exprimer", a prévenu Franck Berton, l'un de ses avocats, dénonçant les conditions à l'isolement "pires qu'à Guantanamo"_ de son client, qui aurait perdu entre 7 et 9 kg.

Sa défense sollicitera quoi qu'il en soit le renvoi pour plusieurs raisons. "Nous sommes en grève, ses conditions de détention l'ont conduit à entamer une grève faim et de la soif et n'est pas en mesure de comparaître pour se défendre utilement", a rappelé Yasmina Belmokhtar, qui soulèvera aussi une question d'incompétence de la cour d'assises du Pas-de-Calais.  Si le renvoi est refusé, les avocats de Faïd ont prévenu qu'ils quitteraient l'audience.

Le roi de l'évasion

Lors du premier procès en 2017 devant la cour d'assises du Nord à Douai, Redoine Faïd a été condamné à 18 ans de réclusion. Tout comme quatre complices, il avait été reconnu coupable d'avoir attaqué à l'explosif un fourgon blindé de la société Loomis sur une route nationale du Pas-de-Calais le 17 mars 2011, dérobant plus de deux millions d'euros. Il a toujours nié toute implication.

Le temps du procès en appel, ses avocats avaient demandé qu'il soit transféré dans l'établissement pénitentiaire le plus proche du tribunal de Saint-Omer, à Longuenesse. Sans succès. Depuis Vendin-le-Vieil, "on va le transporter comme un chien, avec les yeux bandés, le mains liées, assis dans un fourgon cellulaire pendant une heure le matin, une heure le soir", a dénoncé Me Berton.  

S'il "reste un accusé comme un autre", selon sa défense, la crainte d'une tentative d'évasion est dans tous les esprits au palais de justice, qui a réalisé des travaux de sécurisation pour 250 000 euros : des obsèques ne pourront par exemple pas être célébrées dans la cathédrale jouxtant le tribunal durant la durée du procès, prévu jusqu'au 18 mars, et la circulation routière est restreinte voire interdite dans les rues voisines.

Condamné en appel en avril 2018 à 25 ans de prison pour son rôle d'"organisateur" d'un braquage raté de 2010 dans le Val-de-Marne, Redoine Faïd s'était évadé en hélicoptère, en juillet 2018, de la prison de Réau (Seine-et-Marne). 

Il a déjà été condamné à 10 ans de prison en mars 2017 pour sa spectaculaire évasion de la prison de Sequedin (Nord) en 2013.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu