Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Redouane Ikil, l’ancien boxeur-banquier, condamné à 18 ans de réclusion quelques heures après sa fuite

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu Béarn

Le verdict est tombé en son absence. La cour d’appel du Tarn a condamné à 18 ans de réclusion criminelle l’ancien banquier toulousain d’origine paloise. Mardi matin, il avait fui avant la fin de son procès. Le procureur a demandé un mandat d’arrêt européen.

Rédoaune Ikil a été jugé pendant six jours à la cour d'assises du Tarn.
Rédoaune Ikil a été jugé pendant six jours à la cour d'assises du Tarn. © Radio France - SM

Albi

Au terme de six jours de procès, Redoaune Ikil a donc été condamné ce vendredi à 18 ans de réclusion. Il était jugé pour complicité dans le braquage de deux agences postales à Toulouse, en 2012 et 2013. Il était alors directeur d'agence. Lors de la première instance en 2017, le boxeur qui a grandi à Pau, avait été acquitté. 

La fuite, aveu de culpabilité ? 

Les débats à la cour d’assises du Tarn pendant ce procès en appel ont été tendus, âpres. Mais évidemment, le moment le plus marquant du procès en appel de Redouane Ikil, aura été son absence le dernier jour du procès. L'accusé a bu un café avec son avocat mais il ne s'est pas présenté à l'audience. Une fuite évidemment très commentée par toutes les parties. 

Pour les parties civiles, cette absence c’est une preuve de "lâcheté" insiste Maïtre Laurent Decaunes, "une preuve de culpabilité" aussi. 

Pourvoi en cassation

Et l’avocat général enfonce le clou en décrivant un homme  "qui a toujours fui ses responsabilités." Alors que l’ancien boxeur a été acquitté en appel, il fustige "l’absurdité des juges de la première instance" et demande 30 de réclusion criminelle mais aussi un mandat d’arrêt européen. 

Les trois avocats de Redouane Ikil ont eu beau pointer pendant de longues heures l’absence de preuve, l’absence d’antécédent, le toulousain a donc été condamné en moins de deux heures par les jurés tarnais. Selon ses conseils, le toulousain a été "traqué" pendant ses six jours de procès. Pour Maître Martin "c'est la terreur qui a fait que l'homme que l'on a harcelé a fini par fuir." A l'issue de la condanmation, Maître Martial a d'ores et déjà annoncé que son client allait se pourvoir en cassation. Mais il n'a pas dit si son client allait se rendre. "Il a choisi la liberté, mais la liberté à un lourd prix."