Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Guerre, djihad, religions et réseaux sociaux : dix jours après les attentats, France Bleu Alsace pose le débat

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass
Strasbourg, France

Dix jours après les attentats de Paris, France Bleu Alsace ouvre le débat. Qu'est-ce que l'état de guerre ? Comment des jeunes peuvent-ils s'engager pour le djihad ? Quels rôles pour les réseaux sociaux ? Les réponses de nos invités sur francebleu.fr.

© Maxppp

Cinq invités ont débattu en direct ce mardi sur France Bleu Alsace, dix jours après les attentats de Paris dans lesquels 130 personnes ont trouvé la mort : Ali El Jerroudi, président de la grande mosquée de Strasbourg, Bernard Xibaut, chancelier de l'archevêché de Strasbourg, Muharrem Koc, directeur de l'ASTU, association interculturelle de Strasbourg, Danièle Bloch, pédiatre à Strasbourg et Erwann Gaucher, directeur adjoint de France Bleu chargé du numérique.

Qu'est-ce que ça veut dire être en guerre ?

  • Ali El Jerroudi, président de la grande mosquée de Strasbourg : "La guerre qu'on a en France se déroule avec un ennemi invisible. Du coup, chaque citoyen a peur de son voisin de la personne qui est à côté de lui".*
  • _Danièle Bloch, pédiatre : "Je n'ai pas très envie de dire que c'est la guerre. Ce sont des anonymes qui ont déclaré la guerre, les autres subissent"._
  • Erwann Gaucher, directeur adjoint de France Bleu, chargé du numérique : "Les réseaux sociaux ont témoigné de la volonté du vivre ensemble. On a vu des gens poster des photos, des signes de soutien, immédiatement après les attentats.

Pourquoi des jeunes Français partent faire le djihad en Syrie ?*

  • Muharrem Koch, directeur de l'ASTU : "Nous sommes en lien avec des familles du quartier de la Meinau à Strasbourg qui ont vu leurs enfants partir en Syrie. Certaines n'ont rien vu venir, d'autres ont senti que les jeunes glissaient vers une approche religieuse. Parfois en trois mois, ils basculent dans une forme de radicalisation. Mais nous devons réfléchir à ce qui se passe avant ces trois mois".
  • Ali El Jerroudi, président de la grande mosquée de Strasbourg : "Les jeunes ne se radicalisent pas dans les mosquées. Ce sont les enfants de la France, des criminels, des délinquants et du jour au lendemain ils se disent terroristes".
  • Bernard Xibaut, chancelier de l'archevêché : "Que des jeunes partent loin pour un idéal, cela a toujours existé, et parfois c'est formidable. Quand des jeunes blessés par la société en arrivent à croire que l'unique solution c'est de détruire la société qui ne les a pas mis en valeur... Aujourd'hui, on leur donne des armes pour le faire".

Les religions ont-elles un rôle à jouer ?

  • Bernard Xibaut, chancelier de l'archevêché évoque les cours d'islam à l'école : "Moi, je préfère un gamin qui entend parler d'islam à l'école avec des personnes agréées par l'Education nationale, qu'un gamin qui va voir le soir sur internet".
  • Ali El Jerroudi, président de la grande mosquée de Strasbourg : "Nous souhaitons mettre en place un centre de formation pour imams, à Strasbourg, en accord avec l'université et en lien avec l'université de Fès au Maroc."

Le rôle des réseaux sociaux dans la radicalisation

Erwann Gaucher, directeur adjoint de France Bleu chargé du numérique : "Les jeunes se servent très bien des réseaux sociaux, mais les parents, les éducateurs ne s'y intéressent pas ou trop tard. Vous fermez un compte Twitter qui parle de Daech, vous en avez dix qui ouvrent dans les dix minutes"

REECOUTEZ | 10 jours après les attentats, France Bleu Alsace pose le débat

Les invités de France Bleu Alsace ont débattu pendant une heure
Les invités de France Bleu Alsace ont débattu pendant une heure © Radio France - Sébastien Meunier
Choix de la station

À venir dansDanssecondess