Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Réforme des retraites : les policiers mécontents appelés à une grève du zèle en Lorraine

Ils n'ont pas le droit de faire grève mais les policiers sont, eux aussi, inquiets de la réforme des retraites. Ils craignent de voir leurs pensions baisser.

Les policiers sont appelés à la grève du zèle contre la réforme des retraites
Les policiers sont appelés à la grève du zèle contre la réforme des retraites © Radio France - Sylvie Charbonnier

Lorraine, France

Actuellement, les policiers nationaux bénéficient d'un régime spécial qui leur apporte une annuité supplémentaire tous les cinq ans et un départ anticipé à 57 ans. Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a tenté de les rassurer en les assurant que leurs spécificités "seraient" conservées en tant que les fonctionnaires exerçant des missions régaliennes de sécurité et d'ordre public. Mais les policiers sont sceptiques, ils réclament plus de garanties à l'appel des trois principaux syndicats, Alliance, Unsa-Police et Unité-SGP.   

David Jhisleri, responsable en Lorraine du syndicat de police Alliance

En attendant, ils sont prêts à faire la grève du zèle : moins de contraventions, moins de recueil de plaintes et moins de présence sur le terrain, en Lorraine notamment. David Jhisléri est responsable régional du syndicat de police Alliance :  "Avec tous les sacrifices consentis par les policiers depuis plusieurs années, on attend plus de reconnaissance de la part de nos dirigeants". "Il est hors de question de laisser faire tout et n'importe quoi", poursuit-il, "mais nous allons organiser des filtrages de plaintes, des verbalisations en forte baisse et un service minimum, on ne sortira que sur des urgences, pour bien montrer que les policiers sont en colère". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu