Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : le confinement sera prolongé au-delà du 15 avril, Emmanuel Macron s’exprimera lundi soir

Réforme des retraites : les procès jugés en assise sont menacés par la grève des avocats

-
Par , France Bleu Maine
Le Mans, France

Les avocats du barreau du Mans ont voté la poursuite de leur grève contre la réforme des retraites. Depuis un mois, la plupart des audiences sont reportées. Ce qui pourrait être aussi le cas des procès qui doivent être jugés par la cours d'assise de la Sarthe, la semaine prochaine.

Les avocats en grève contre la réforme des retraites, ici à Nice
Les avocats en grève contre la réforme des retraites, ici à Nice © Maxppp - PHOTOPQR/NICE MATIN/MAXPPP

La grève des avocats contre la réforme des retraites entre dans sa quatrième semaine. " Depuis le début du mouvement, les audiences sont quasiment toutes renvoyées" note Boris Marie, bâtonnier de l'ordre des avocats du Mans. " C'est presque systématique. Après chaque confrère va décider de prendre ou pas le dossier. Cette semaine, on a eu une personne qui avait besoin d'être internée en psychiatrie plutôt que d'aller en prison, du coup le dossier a été traité car il fallait réagir à cette situation". Le tribunal du Mans tourne au ralenti et cette grève des robes noires, menace la tenue de la session d'assises qui s'ouvre lundi. " La première affaire , lundi, sera probablement renvoyée. Pour le reste, on verra".  Tout dépendra des avancées entre l'ordre des avocats et le gouvernement. Les robes noires manifesteront lundi à Paris avant de décider mardi de la suite du mouvement.

La grève des avocats menace la tenue de la session d'assise qui doit démarrer lundi

On n'a pas confiance. Boris Marie, bâtonnier de l'ordre des avocats du Mans

La réforme prévoit d'intégrer dans le régime de retraite universel, le régime autonome des robes noires. Mais les avocats refusent de sacrifier un modèle qui marche, selon eux . " En 1946, on nous a dit : débrouillez vous ! Alors nous avons mis en place un système assez égalitaire qui permet aux cabinets les plus aisés d'aider les plus modestes, qui respecte la parité homme/femme, les carrières interrompues et qui, en plus, est équilibré avec même des réserves dont une partie est reversée au régime général". Le gouvernement a bien promis des aménagements pour que les avocats ne soient pas lésés par cette réforme. " On n'a pas confiance. Les lois  changent tous les ans, on est bien placés pour le savoir. C'est un gouvernement qui nous dit : vous avez des réserves, on va les grignoter et après on compensera mais on se dit où va-t-on ?" Comme la plupart des opposants à la réforme des retraites, Boris Marie pointe du doigt le flou qui entoure  ce projet. " Quand le conseil d'Etat dit que la loi est illisible, incompréhensible, qu'il n' y a pas d'étude d'impact... nous cela fait trois mois qu'on le dit. Quand c'est la plus haute juridiction française qui l'écrit on peut tendre l'oreille. Quand vous avez 164 barreaux qui font grève, ce n'est pas seulement contre le régime des retraites, c'est aussi pour s'interroger sur la conception de la loi".   

Boris Marie, bâtonnier des avocats du Mans, fustige le flou qui entoure la réforme

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu