Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Réforme du bac : des tensions devant le lycée Touchard-Washington du Mans

-
Par , France Bleu Maine
Le Mans, France

Près de 200 élèves ont bloqué ce jeudi matin le lycée Touchard-Washington au Mans. Ils s'opposaient à l'organisation des épreuves du contrôle continu du baccalauréat.Onze d'entre eux ont été interpellés.

Lycée Touchard- Washington, Le Mans
Lycée Touchard- Washington, Le Mans © Radio France - Bénédicte Robin

La situation était tendue ce jeudi matin devant les grilles du lycée Touchard-Washington. Des élèves ont bloqué les deux accès de l'établissement à l'aide de scotch.  Ils voulaient empêcher l'organisation des épreuves d'histoire-géographie et de langues pour les élèves de première, dans le cadre des nouvelles évaluations du baccalauréat.  La police est intervenue.

Onze lycéens ont été interpellés suite à l'incendie de quatre poubelles devant l'établissement scolaire. Les policiers sur place ont dû faire usage de gaz lacrymogènes pour repousser les élèves. 

Un agent a utilisé une scie circulaire

La situation a très vite dégénéré expliquent certains élèves. Malgré le blocage, vers 7 h 30, un élève affirme avoir voulu entrer dans l'établissement.  " J'ai tenté de forcer le barrage de policiers devant le lycée, ils m'ont gazé. A ma deuxième tentative, le proviseur m'a poussé et m'a pris par le colbaque en me disant que ça ne se passera pas comme ça ", précise l'adolescent.  Un de ses camarades précise lui qu'"un agent d'entretien a utilisé une scie circulaire pour couper le scotch sur les grilles alors qu'un élève avait ses mains dessus. Le proviseur avait même un couteau dans sa main pour, lui aussi, pour couper ce scotch! On mettait en danger directement les élèves."

De son côté, le proviseur Jean-François Bourdon balaie les accusations . " Je maintiens la liberté contre les ennemis de la liberté. Il ne faut pas se tromper de responsable. Ce sont les syndicats de professeurs et des militants qui manipulent ces jeunes. Je travaille pour leur avenir", commente le chef de l'établissement qui a reçu le soutien du recteur de l'académie de Nantes, William Marois.

Moins de 30 % des élèves ont passé l'épreuve jeudi matin

Malgré ces violences, les épreuves de la matinée ont été maintenues. Certains professeurs affirment que moins de 30 % des élèves ont pu faire l'examen. " Je suis choquée de voir qu'une épreuve puisse être organisée dans ce contexte. Il y a des élèves qui ont pris peur. Ils n'ont pas osé rentrer avec les mouvements de foule et la présence des policiers. On leur a dit qu'ils auraient zéro ", s'offusque un des professeurs devant les grilles de l'établissement.

L'épreuve de mathématiques pour les premières technologiques prévue ce jeudi après-midi a également été perturbée. Des adolescents ont bloqué les grilles avant de mettre le feu à deux poubelles.

Un justificatif des parents sera exigé aux élèves qui n'ont pas pu participer aux épreuves de ce jeudi. Faute de quoi, la note de zéro/20 leur sera attribuée. C'est ce qu'affirme la direction de l'établissement sur son site internet.

Sur les 11 lycéens interpellés, ce jeudi soir, seul l'un d'entre eux est désormais poursuivi pour la destruction de conteneurs.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess